La mémoire contestée de Zimmerwald

Article Adrian Zimmermann: "Robert Grimm, le mouvement ouvrier bernois et la mémoire contestée de Zimmerwald", in: Cahiers d'histoire du mouvement ouvrier 32 (2016), pp. 14-36.

Que la plus célèbre conférence internationale des socialistes opposés à la Première Guerre mondiale ait eu lieu en Suisse n’a rien de surprenant. Seul un pays neutre offrait les possibilités légales pour organiser une telle rencontre et, contrairement aux pays neutres du nord de l’Europe (Pays Bas et les pays scandinaves) et de la péninsule ibérique, la Suisse restait relativement facilement accessible depuis les deux camps adverses pendant toute la guerre. Le socialiste suisse Robert Grimm joua un rôle primordial pour l’organisation de conférence de Zimmerwald. La conférence adopta unanimement un manifeste qui appelait aux prolétaires de tous les pays d’en finir avec l’Union sacrée et de reprendre la lutte des classes. Pour une petite minorité autour de Lénine, cela n’allait pas assez loin. La présence du futur père fondateur de l’Union soviétique et de l’Internationale communiste devint plus tard une source principale des désaccords politiques et scientifiques sur le rôle de la conférence de Zimmerwald. Ce sont avant tout des événements postérieurs à la conférence, particulièrement les conflits sociaux accentués à la fin de la guerre, la scission du mouvement ouvrier et plus tard la Guerre Froide qui marquèrent pendant longtemps des visions différentes sur la conférence.

Lire la suite

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.