Phylactère ligérien 5/99 Les GP2I sont le fond de roulement des écuries électorales, à Tours plus qu'ailleurs!?

 

Il y a une critique patente des dépenses relatives à l'amènagement urbanistique ou faudrait-il dire au bétonnage systématique à mener. Tenons-nous en à un cruel panorama empirique, la tenue d'un Indice Béton Bitume Elu viendra en temps utile nous aider à monitorer cela.

 

Il y a de l'indécence à s'engager à replanter des arbres quand leur abattage devrait être évité. Nulle mention de l'argument imparable qui préside d'ailleurs à cela, gagner en visibilité pour les dispositifs de vidéosurveillance installés, soit le diktat du contrôle social comme alpha et omega de la politique publique. Soit.

 

Concernant les GP2I, Tours n'est pas en but à la folie des grandeurs, juste une folie récurrente de se doter d'équipements mal proportionnés et surtout dont l'usage semble nul et non avenue. L'exemple le plus criant étant celui de l'extension des tribunes du stade des rives du cher voilà trois ans. La rentabilité de l'équipement est loin d'être au rendez-vous, forcément la montée en Ligue 1 qui justifiait a priori cet investissement n'ayant pas été acquise et ne le sera sans doute jamais, par contre, un trouble s'installe quand à d'éventuels écarts financiers, il n'est que de songer à la proximité avec le scrutin des sénatoriales qui requiert tant d'attention (sonnantes et trébuchantes!?) envers les grands électeurs! Que le sujet fasse régulièrement la manchette de la Nounou sans pour autant enclencher une enquête ni journalistique, ni de la Cour des Comptes Régionales, laisse songeur quand au contrôle citoyen des dépenses. Le bénéficiaire comme souvent sur notre territoire était Vinci. Prochainement, en cas de quatrième mandat de Germain pour sûr, l'îlot de tours près de la gare s'érigera, là encore au bénéfice de Vinci. J'ai abordé précédemment l'inutilité structurelle lié à l'actuel emplacement de la Gare de Tours, l'étoffer d'une offre de bureau n'est donc pas souhaitable ni concevable en l'état selon moi. Cela étant, je voudrais traiter ici de la méthode Germain. Sans consultation aucune, déployant une vision du souhaitable assénée à coups de comm' – 17 ième commune au bilan national des dépenses Comm', excusez du surclassement! (source Rue 89) – alors que s'il est bien une donnée structurelle de l'amènagement pour le futur, étant donné le vieillissement de la population et la sortie de la société régie par le tout pétrole, c'est la densification des villes. Alors oui, pourquoi pas engager volontairement un recul de l'emprise des automobiles dans notre espace public, réduction du nombre de voix de circulation sur les mails pour commencer, adoption d'une zone 30 étendue entre Loire et Cher et densification convenable de ce qui peut l'être où il doit l'être!

 

Le prochain phylactère qui livrera ma vision de la gestion des déchets sur l'agglo (il s'agit d'une compétence d'agglo', et les municipales contribuent à en dessiner les contours...) évoquera notamment le maillage du territoire par un réseau de Ressourceries, ce type d'équipement incarne parfaitement le rapport nouveau à la proximité d'usage qui doit présider à l'édification d'une Slow City tourangelle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.