MACRON EN GUYANE : L'ILLUSTRATION DU MEPRIS COLONIAL

La visite du Président de la France en Guyane aura été forte en enseignements. Alors qu'il était attendu de pied ferme après les grands mouvements sociaux de mars et avril dernier, dans la lignée de tous ses prédécesseurs, Macron a répondu aux attentes des guyanais par un mépris indécent.

Commençons par Maripasoula, où Macron s'est rendu dès son arrivée. Malgré les tentatives de maquillage du bourg, la presse internationale n'a pas pu passer à côté de la réalité de cette commune enclavée de notre territoire. Tout le monde reconnaît que la plus grande commune des territoires administrés par la France est également la plus démunie en matière de services publics et d'infrastructures. Pourtant les premiers mots de Macron seront pour rappeler qu'il n'est pas le Père Noël et qu'il n'est pas venu donner des cadeaux ! Sachez, Monsieur Macron que les guyanais ne sont pas des enfants gâtés, nous exigeons simplement que l'Etat français donne ce qu'il doit à la Guyane et qu'il respecte les Accords de Guyane que l’État a signés ! Ainsi, pour Macron, l'hôpital qui figure noir sur blanc dans les Accords de Guyane n'est plus à l'ordre du jour et la route qui doit désenclaver ce territoire est renvoyée aux calendes grecques ! Bien sûr, nul besoin de préciser que ce n'est pas lui qui doit payer une pirogue pour naviguer durant 12 heures vers Saint Laurent pour faire soigner ses enfants ! Non, lui est reparti par les airs avec sa tripotée de ministres pour continuer son safari guyanais.

Par la suite, le Président de la France, a continué de déverser son mépris lors de sa conférence de presse dédiée aux Accords de Guyane. Il a d'abord confirmé le respect du premier volet des accords qui concerne le premier milliard, dans lequel figure de nombreuses mesures qui avaient été actées avant même le mouvement social et dont une part des fonds ont été engagés avant le début de son quinquennat ! Il en a d'ailleurs profité pour stigmatiser une partie de la population guyanaise originaire des pays environnants et annoncé la mise à la rue de milliers de familles en relevant la durée minimum de résidence de 5 à 15 ans pour être bénéficiaire du RSA !

Concernant le reste des Accords de Guyane, Monsieur Macron a tout simplement décidé qu'il ne les respecteraient pas et qu'une partie pourra être reprise au sein des Assises (ou plutôt Couchées) de l'Outre-mer !

Ainsi, les 2,1 milliards d'euros d'investissement d'urgence supplémentaires qui prévoient le désenclavement du territoire, l'épuration des dettes des hôpitaux et le développement de structures scolaires ne seront pas respectés.

Les mesures supplémentaires concernant le schéma sanitaire, scolaire et social de la Guyane sont également renvoyés vers les Assises.

La rétrocession du foncier est remplacé par une « mise à disposition » par l’Etat qui reste de fait propriétaire et qui se paye le luxe de demander une évaluation pécuniaire de ces terres pour les intégrer au budget des Assises ! Mais combien la terre guyanaise a-t-elle coûté à l'Etat français ? Quand ont-ils dépensé le moindre sous pour l'acheter ? Jamais, car cette terre a été volée aux guyanais lors de la conquête coloniale. Monsieur Macron, la terre guyanaise ne vous appartient pas, rendez-nous notre bien !

Quant au dernier volet de l'accord qui concerne les Etat Généraux et l'évolution statutaire, le Président de la France a tenté un tour de passe passe, en promettant que les lois françaises seraient adaptées à la réalité guyanaise ! Mais de qui se moquent-on ? Depuis 70 ans que la colonie de Guyane a été transformée en « département d'Outre-mer », jamais aucune lois n'a été adaptée à notre réalité et là, aujourd'hui, on vient nous dire qu'en fait c'est possible ! Monsieur Macron arrêtez de bloublou nou ! Vous essayez juste d'éviter que les guyanais s'investissent dans les Etats Généraux et réclament une évolution statutaire ! La France a trop besoin de sa colonie guyanaise gorgée d'or, de diamants, de pétrole, de forêt amazonienne et d'où décollent ses fusées ! L'Etat français veut absolument éviter que le peuple guyanais suive l'exemple du peuple catalan qui vient de proclamer son indépendance ! Il faut continuer de faire croire que nous sommes des enfants gâtés qui coûtent plus à la France qu'on ne lui rapporte, alors que c'est exactement le contraire qui se passe !

Enfin, comble de mépris, le Président de la France a refusé de rencontrer le Kolectif Pou Lagwiyann Dékolè signataire des Accords de Guyane, au prétexte qu'il n'avait pas de légitimité ! Voici donc la vision de l'Etat français qui considère que la mobilisation de mars et avril dernier qui a mis 50 000 personnes dans les rues de Guyane n'est pas légitime ! Monsieur Macron ne s'est pas satisfait de cela, il a cru nécessaire d'humilier les quelques 2500 guyanais qui se sont mobilisés à l'appel du KPLD en dispersant la foule composée de femmes et d'enfants à coup de gaz lacrymogène et poursuivant ses derniers dans les rues de Cayenne avec des flash balls comme de vulgaires délinquants !

 Le Président de la France est reparti ce jour après une dernière accolade à ces sbires locaux. Il laisse derrière lui, de l'amertume et de la colère ! En méprisant ainsi les guyanais, Monsieur Macron vous avez soufflé sur les braises encore chaudes du dernier mouvement social ! Les guyanais pour leur part ne compte pas en rester là, de la même manière que nous avons lutté pour imposer à l'Etat français la signature des Accords de Guyane en organisant notamment la grève générale, nous sommes prêts à continuer la lutte pour imposer à Monsieur Macron le respect des accords signés.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.