AA Bradley
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

2 Éditions

Billet de blog 31 mars 2012

Un pavé de plus dans la mare...

AA Bradley
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le mystère CHEMINADE;

Jacques CHEMINADE est en effet un vrai mystère. Cet ancien d'HEC, extrêmement instruit, se présente depuis une vingtaine d'années à toutes les élections présidentielles où, inlassablement, il reçoit sa fessée et sa dose d'humiliation propre à faire baver d'envie tous les masochistes de France et de Navarre les plus accrocs à la chose. Comment fait-il, cet expert commercial, rompu à la négociation, ancien d'une grande école, l'une des plus prestigieuses de France, pour se défendre aussi mal face à des journalistes qui ne cachent pas leur délectation à "se faire" cet hurluberlu, tenant fermement convaincu de la théorie du complot, qui va jusqu'à oser comparer B. Obama à A. Hitler ? Et qui n'hésite pas à émailler son discours d'absurdités extra planétaires comme pour finir de convaincre l'auditoire qu'il est plus que mûr pour l'asile.

Et finalement, j'ai compris ! Et si cet homme, qui se prétend de gauche (ce qui est assez curieux pour un ancien d'HEC), n'était en fait qu'un agent de la droite la plus conservatrice qu'on envoie à chaque élection présidentielle sur les plateaux de télévision à seule fin de discréditer cette fameuse théorie du complot ?

Ceci n'est qu'une hypothèse mais elle conforte un peu plus mon opinion selon laquelle le supposé "complot" ourdi par une droite réactionnaire qui l'aurait réactivé il y a une trentaine d'années, est bien une réalité.

Je me bats avec mes modestes moyens intellectuels (un aveu qui ne me range pas parmi les paranoïaques) pour essayer de faire prendre la vraie mesure de ce qui est en train de se passer et pour faire prendre conscience que les évènements dramatiques que nous vivons ne doivent absolument rien au hasard mais qu'ils sont le résultat d'une volonté politique parfaitement organisée au niveau mondial.

Le pavé, c'est Jacques CHEMINADE que je me suis risqué à présenter sous un tout autre jour qui montre que la droite réactionnaire use de tout l'arsenal psychologique mis à sa disposition pour manipuler les masses (et la très grande majorité des intellos) afin d'avancer lentement mais sûrement dans sa reconquête d'un pouvoir absolu sur les populations. La mare, c'est celle où barbotent les journalistes soi-disant sérieux pendant que le processus de notre asservissement proche et définitif poursuit tranquillement son cours.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois