Toujours Français

Cette fois ci c'est sûr Mayotte sera département, c'est du moins ce qu'on pense ici. Quand je dis "on" je pense aux élites politiques et médiatiques de l'île. Ça y est le conseil général mahorais, élu démocratiquement, s'est prononcé en faveur d'un referendum. Quelle sera la question posée à cette occasion. Probablement : Souhaitez vous que Mayotte deviennent un département français ? C'est du moins ce que promet le gouvernement français depuis des années

Cette fois ci c'est sûr Mayotte sera département, c'est du moins ce qu'on pense ici. Quand je dis "on" je pense aux élites politiques et médiatiques de l'île. Ça y est le conseil général mahorais, élu démocratiquement, s'est prononcé en faveur d'un referendum. Quelle sera la question posée à cette occasion. Probablement : Souhaitez vous que Mayotte deviennent un département français ? C'est du moins ce que promet le gouvernement français depuis des années et ce que réclament les hommes politiques mahorais. Reste, qu'en pratique, ces derniers n'ont aucun pouvoir décisionnel en ce qui concerne le choix de la question qui sera posée aux mahorais d'ici 2 ans. J'avoue qu'un brusque revirement de situation des politiques français, préférant porter aux votes une simple évolution statutaire plutôt qu'une départementalisation, provoquerait chez moi un sourire ironique. Tant l'exagération qui fut de mise dans le camp départementaliste, lors du vote en faveur du referendum fut risible, et m'a rappelé les chasseurs de Lafontaine qui "vendaient la peau de l'ours avant de l'avoir tué". Tant de pleurs, de rires, et d'autosatisfaction, pour un vote dont le résultat était acquis, puisqu'il n'existe pas de partis opposés à ce referendum, laisse quand même perplexe.

 

Ici il semble que la formule magique soit le département. La malnutrition à Mayotte : le département. Les relations difficiles avec les autres îles de l'archipel : le département. Les problèmes de logement : le département. La pollution du lagon : le département. Et ainsi de suite à problèmes multiples, solution unique. Quel va être leur déception à tous ces départementalistes quand il s'apercevront que leur bien aimé département n'a pas réglé le quart des problèmes qu'il était censé régler. On est bien ici dans le cas de l'arbre qui cache la forêt. Pendant que toute une frange de la population s'enfonce dans une paupérisation certaine, et que l'autre subit les effets d'une acculturation galopante (obésité, échec scolaire...), les politiques dissertent sur le département. Une situation souvent mal comprise ou incomprise en dehors de Mayotte, mais dont la réalité ne peut qu'apparaître à toute personne ayant un peu séjournée sur place.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.