Adrien Mazières Vaysse
ATER en Science Politique / Université de Bordeaux
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juil. 2011

Des précaires déchaînés ! (3) Précaires en recherche de représentation

Adrien Mazières Vaysse
ATER en Science Politique / Université de Bordeaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les révoltes et révolutions du premier semestre 2011 autour de la Méditerranée ont une forte composante spontanée. Pour autant, il est indispensable d'en saisir une particularité importante : elles sont adossées à un groupe social spécifique et émergent, les travailleurs en situation de précarité, souvent jeunes et diplômés, et aux organisations et réseaux que ceux-ci ont constitués (voir billet précédent). Ces organisations, Juventud sin futuro, Generação a rasca, Union des diplômés chômeurs, etc. sont certes peut-être des organisations éphémères, dont on ne peut prédire aujourd’hui le devenir dans les années à venir. L’apparition de ces organisations relève d’une certaine contingence. Elles auraient pu ne pas exister. Pour autant, un tel développement, dans les derniers mois, de formes d’organisation dotées de nombreuses caractéristiques similaires ne relèvent pas que du hasard. C’est ce que l’on entend développer ici en défendant l’hypothèse que les formes d’organisations des travailleurs précaires, apparues de manière quasi simultanée dans plusieurs pays, relèvent de facteurs structurels portant les précaires à rechercher de nouvelles représentations sociales et politiques.

La construction d’organisations de précaires, la recherche de nouvelles représentations tient au rapport entretenu avec plusieurs éléments : avec les organisations traditionnelles du mouvement ouvrier (partis politiques, syndicats, associations) d’abord ; avec les représentations sociales et symboliques du statut de travailleur précaire ensuite ; avec les transformations importantes de l’appareil productif enfin[1]. C’est sur le premier élément que nous allons nous concentrer ici.

Il est acquis dans les développements récents en sciences sociales sur les questions touchant à la précarisation des conditions de travail, que la précarité des conditions de travail n’est pas une chose nouvelle. Au contraire, la précarité est une donnée consubstantielle au travail salarié. L’objectif principal du mouvement ouvrier, du mouvement syndical en particulier, a été au cours des XIXème et XXème siècle de réduire l’instabilité des contrats de travail, de sécuriser les parcours professionnels. Cet objectif, sans avoir jamais été complètement atteint, s’est néanmoins matérialisé dans un certain nombre de pays européens par la mise en place d’un droit du travail, de conventions collectives et de lois sociales avancées, au point qu’une grande majorité du salariat, en France en Allemagne ou ailleurs, a pu se prévaloir un temps d’appartenir à un salariat stable et protégé.

Il est également acquis, que la crise de représentation politique et syndicale des précaires vient d’une incapacité de la part des organisations représentatives à prendre en compte ces problèmes sociaux et à représenter ce groupe social particulier. Pourtant, ces mêmes organisations – syndicales par exemple – étaient en mesure, il y a quelques décennies, de représenter toute la fraction non-stabilisée du salariat. Si elles ne le font plus aujourd’hui, c’est qu’elles sont devenues principalement des organisations de défense des travailleurs stables. Et, dans un contexte de baisse durable des effectifs syndicaux, de crise de la réussite de l’action collective, prendre en compte les revendications des précaires, les organiser et les syndiquer, constitue un coût bien plus élevé en termes de ressources financières et humaines, que l’avantage qui peut en être retiré. D’où la constitution des organisations autonomes de précaires dont se sont dotés les travailleurs et les jeunes en Espagne, au Portugal, en Tunisie et ailleurs.

Pour défendre les droits des travailleurs travaillant sous un régime de reçus verts (recibos verdes) au Portugal, il fallait créer des réseaux tels que ceux de Precarios inflexiveis. Pour imposer sur l’agenda public et médiatique la question des mileuristas (terme créé pour désigner les travailleurs gagnant moins de 1000 euros par mois en Espagne), il fallait des organisations autonomes telles que Juventud sin futuro. Pour dénoncer, à l’époque de Ben Ali, les recrutements clientélistes dans la fonction publique tunisienne, exiger la création d’emplois, il y avait besoin d’une organisation telle que l’Union des diplômés chômeurs.

S’il ne faut absolument pas nier l’implication de militants syndicaux ou politiques autour de la question des précaires, l’intégration d’un certain nombre de précaires au sein même des organisations traditionnelles du mouvement ouvrier, d’autres ont choisi une stratégie organisationnelle alternative : la fondation d’organisations et de réseaux autonomes vis-à-vis des organisations traditionnelles. Ces nouvelles organisations n’ignorent pas la sphère syndicale et politique traditionnelle, mais oscillent dans leurs attitudes entre interpellation et défiance. Le mouvement des Indignés espagnol a ainsi maintenu, au-delà de sa condamnation des deux principaux acteurs du bipartisme (PSOE et PP), une stricte indépendance vis-à-vis de toute organisation politique. Mais, dans le même temps, de nombreuses fractions du mouvement se sont adressées aux organisations syndicales pour exiger l’organisation d’une grève générale.

Les organisations et réseaux de précaires qui se sont constituées au cours du printemps 2011 ont permis à la jeune génération de salariées précaires de se construire une représentation sur la scène publique, des représentations sociales de ses propres conditions d’existences, là où les organisations sociales et politiques traditionnelles étaient devenues inefficientes. L’expérience a, en un sens, déjà porté ses fruits en imposant à l’ensemble de la société de se saisir de cette question nouvelle qu’est la généralisation de la précarité.

Billet précédent : "Des précaires déchaînés ! (2) Spontanéité et organisation"


[1] Pour une analyse détaillée de cette question, voir : « Précarité et construction d’identités collectives », Contretemps (nouvelle série), n°4, janvier 2010 (texte en ligne).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch