afoulkifrance
Ancien secrétaire général de la CGT Caisse des dépôts - Administrateur CDC Mutuelle
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2020

La Caisse des dépôts privatise sa Mutuelle historique!

Après avoir étudié la possibilité de privatiser l’hôpital public, la Caisse des dépôts privatise sa Mutuelle historique ! une déclaration commune de Jean-Philippe Gasparotto, Christian Cursol et Jacques Nikonoff

afoulkifrance
Ancien secrétaire général de la CGT Caisse des dépôts - Administrateur CDC Mutuelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Révélée par Mediapart en début de confinement, l’étude confidentielle de la Caisse des dépôts qui préconisait une privatisation du système de santé, avait fait grand bruit. Evacuée de manière très laborieuse par Eric Lombard, qui en appelait assez lâchement au manquement à l’obligation de réserve de deux militants syndicaux, du SNUP et de la CGT, le sujet reste un aveu très direct de l’abandon par la Caisse de ses missions d’intérêt général.

La Caisse poursuit néanmoins des plus tranquillement son travail de sape de l’intérêt public, cette fois-ci en interne, en s’en prenant à l’un de ses joyaux  de gestion du social : CDC Mutuelle, la mutuelle de ses personnels fonctionnaires soit leur protection sociale complémentaire … de très bon goût en crise sanitaire !

Un appel d’offre à la concurrence a été « négocié » à la hâte en plein confinement par la Caisse des dépôts. Pourtant personne ne le lui demandait, pas même la Cour des Comptes pourtant prompte à dégainer sur la CDC. Cette décision est d’autant plus injustifiée que le programme électoral du Président Macron lui-même remet en cause ces dispositifs d’adossement des mutuelles de la Fonction Publique à la concurrence. Alors Lombard contre Macron ? Par ailleurs, le mouvement mutualiste et les syndicats de fonctionnaires travaillent, avec le gouvernement, sur la parution de décrets pour une protection de santé complémentaire des agents publics. Ajoutons qu’une pétition lancée par la mutuelle auprès de ses adhérents recueille un succès historique, et que le président Macron a retiré la réforme des retraites du paysage social… Et bien non ! Eric Lombard s’entête sur le cadeau fait aux banques et aux compagnies d’assurances, en voulant leur confier le soin de gérer – forcément au rabais – la complémentaire santé de ses agents fonctionnaires actifs et retraités de la CDC (6 000 adhérents – 10 000 bénéficiaires).

L’addition pourrait être salée pour les bénéficiaires : sauf à pratiquer un dumping d’enfer les premières années, la diminution de la part de subventionnement amenée par la Caisse  (près de – 30%) devrait amener une augmentation à dû concurrence de la cotisation et peser négativement sur le volet prévoyance et la couverture des retraités …

Notre Mutuelle n’est pas opposée au changement par principe, bien au contraire. La vraie perspective de progrès n’est pas celle de Lombard, c’est celle d’une évolution vers une « mutuelle de groupe »,  s’adressant aux dizaines de milliers de salariés de la CDC et de ses filiales pour leur offrir, dans leur diversité de statuts,  une PSC respectueuse des principes et des valeurs du mutualisme.

Un parallèle mérite d’être établi entre le contexte d’aujourd’hui créé à la Caisse des dépôts et celui de l’année 1944. C’était la Libération, et le Conseil national de la Résistance, que Macron citait dans son discours du 18 mars dernier, appelait aux « Jours Heureux ». Cette année 1944 est également celle où fut créée la Mutuelle des personnels de la Caisse des dépôts par les militants CGT. C’est aussi l’année où fut arrêté par la Résistance et la CGT-CDC le Directeur général de la Caisse des dépôts de l’époque pour collaboration… Ceci sous la houlette de Charles Laurent, militant de la CGT Caisse des dépôts, fondateur de la première fédération syndicale des fonctionnaires qui adhéra à la CGT dès sa création, Résistant, membre du CNR, représentant du réseau Libération Nord, lui-même fondé dans les bureaux de la CDC. Ce n’est pas ce genre de statut qu’il est temps de déboulonner.

C’est dur de construire le monde d’après avec les hommes d’avant…

Christian Cursol - Secrétaire général de la CGT de la Caisse des dépôts 1990-1998- Membre de la Commission Exécutive de la Fédération des Finances CGT 1991-1998 - Administrateur de CDC Mutuelle depuis 1985

Jean-Philippe GASPAROTTO - Secrétaire général de l’USCD-CGT Caisse des dépôts depuis 1998

Jacques NIKONOFF - Haut fonctionnaire à la Caisse des dépôts de 1986 à 2018 - Ancien Président d’ATTAC de 2002 à 2006 - Ministre du Travail et de l’Emploi dans Le Gouv

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c