100 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2021

Un tournant en Palestine, le monde entier interpellé

Lorsque les bombes israéliennes tombent sur Gaza, nous partageons la terreur éprouvée par les enfants palestiniens. [...] Lorsque la haine raciste se déverse à Jérusalem, comme le jour de la « marche des drapeaux » le 15 juin, c’est notre propre système de valeurs qui est menacé. Plus que jamais, nos combats sont connectés avec ceux du peuple palestinien.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les quelques mois que nous venons de vivre ont été lourds de menaces et de souffrances pour le peuple palestinien, mais ils marquent aussi un tournant dont nous n’avons pas encore pris toute la mesure.

Les manifestations racistes de l’extrême-droite israélienne contre les Palestiniens de Jérusalem, qui ont démarré fin avril en plein mois de Ramadan, s’ajoutant aux menaces d’expulsion qui les visent particulièrement dans les quartiers de Sheikh Jarrah et de Silwan, se sont heurtées à une forte résistance de la population civile et notamment des jeunes. Cette fois, l’entreprise de dépossession menée depuis des années par Israël contre les Palestiniens de Jérusalem éclatait au grand jour.

C’est dans ce contexte, s’ajoutant à la décision unilatérale de Mahmoud Abbas de stopper le processus des élections palestiniennes, qu’ont démarré les tirs de roquettes menées depuis Gaza par une coordination de partis palestiniens dont le Hamas. Les bombardements israéliens censés y « répondre » ont été d’une violence destructrice sans précédent, marquant la volonté israélienne de détruire le maximum d’infrastructures d’habitation, de production, de culture et de santé, tout en terrorisant la population, traumatisée bien au-delà du nombre déjà terrible des morts, des blessés et des déplacés.

Les manifestations palestiniennes contre ces attaques israéliennes ont été massives et unanimes, à Jérusalem, en Cisjordanie, et en Israël même. Elles expriment le refus d’un statu quo mortifère, qui veut dire toujours plus de dépossession et toujours moins de droits, dans le silence de la « communauté internationale ». Elles expriment le refus d’un régime d’apartheid qui les écrase, et dont le caractère est maintenant largement reconnu, comme en attestent les rapports de B’Tselem et de Human Rights Watch. Elles expriment une volonté d’unité, et le refus de la dérive autoritaire de l’Autorité palestinienne.

C’est le monde entier qui est ainsi interpellé. En France, la mobilisation contre les exactions à Jérusalem et les bombardements de Gaza coïncidait très opportunément avec le lancement de notre campagne nationale contre l’apartheid. Nous avons répondu présents. Des dizaines de rassemblements et manifestations, dynamiques et nombreuses, ont eu lieu partout en France, à l’initiative de l’AFPS et de ses partenaires.

Les interdictions qui ont frappé les manifestations à Paris, en Seine-Saint-Denis , à Nice…, les multiples entraves mises au droit de manifester partout en France, n’ont pas d’équivalent en Europe. L’arrestation du président de l’AFPS à la sortie d’une audience qu’il conduisait au Quai d’Orsay est un événement d’une exceptionnelle gravité, et nos demandes d’explication sont restées sans réponse. La diplomatie française s’est déshonorée en refusant de condamner les provocations israéliennes à Jérusalem et les bombardements de Gaza. Quant au président de la République, il a franchi une nouvelle ligne rouge en soutenant dans un communiqué « le droit d’Israël à se défendre », de sinistre mémoire.

Lorsque les bombes israéliennes tombent sur Gaza, nous partageons la terreur éprouvée par les enfants palestiniens. Lorsque la jeune militante Muna Al-Kurd est interpellée avec son frère Mohammed le 6 juin à Sheikh Jarrah, la mobilisation est immédiate sur les réseaux sociaux du monde entier, et ils sont libérés dans la journée. Lorsque la haine raciste se déverse à Jérusalem, comme le jour de la « marche des drapeaux » le 15 juin, c’est notre propre système de valeurs qui est menacé.

Plus que jamais, nos combats sont connectés avec ceux du peuple palestinien.

Bertrand Heilbronn, 27 juin 2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal