Une « provocation dégradante »

Par Dominique Vidal

Enfin une bonne nouvelle ! Meyer Habib, député de la huitième circonscription des Français de l’étranger, est candidat à sa réélection. Cet homme d’affaires franco-israélien passe pour un ami très proche de Benyamin Netanyahou. Maisil sert surtout de baromètre vivant de la propagande de Tel-Aviv, qu’il relaie avec autant d’assiduité que de vulgarité dans notre pays. On lui doit les plus violentes attaques contre la politique française au Proche-Orient. Et il vient de recommencer pour lancer sa campagne électorale.

Dans une lettre à Jean-Marc Ayrault, il dénonce une « provocation dégradante » du ministère des Affaires étrangères « ayant pour effet d’humilier les Français d’Israël ». Quel crime a donc commis le Quai d’Orsay ? Il a envoyé les brochures électorales de la présidentielle à 6 000 électeurs vivant dans des colonies juives de Cisjordanie avec pour adresse « Territoires palestiniens » ! Choqués, certains ont boycotté le premier tour de l’élection présidentielle…

Il est vrai que, pour le député, la recherche d’une solution à deux États dans le cadre des frontières de 1967 constitue une « pure chimère ». « Posture », « falsification », « farce », « discrédit » : voilà ce dont il accuse une politique fondée sur le droit international – et qui pourtant ne fait pas grand chose pour le mettre en œuvre. Mais pour les ultra-sionistes, peu, c’est toujours trop !

Bref, pour une fois, Habib Meyer ne ment pas lorsque, dans sa vidéo de candidature, sur sa page Facebook, il s’affiche comme « candidat unique de la droite et du centre » mais « un député libre et, n’en déplaise à certains,  l’infatigable défenseur d’Israël ». Et d’ajouter : « Je suis perçu comme le Monsieur Israël de l’Assemblée nationale. » Un bémol, cependant : s’il mène effectivement un combat permanent, ce n’est pas pour Israël, mais pour son extrême droite colonisatrice et annexionniste. 

 

D. V.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.