112 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2022

Conseil d’Association Union européenne-Israël : une réunion dangereuse et malvenue

Communiqué de l'AFPS du 5 octobre 2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après dix ans de suspension, le Conseil d’Association entre l’Union européenne et Israël s’est tenu ce lundi 3 octobre.

Les réunions de ce Conseil d’Association, qui assurent un suivi de l’Accord d’Association signé en 2000, avaient été suspendues à la demande d’Israël à la suite de la publication par l’Union européenne des « lignes directrices » de juillet 2013. Depuis, un consensus s’était établi au sein de l’Union européenne pour ne pas reprendre les réunions du Conseil d’Association tant qu’Israël n’aurait pas accompli de progrès significatif en matière de respect du droit international et des droits humains.

Cette réunion était donc particulièrement malvenue après les événements qui se sont déroulés ces derniers mois et ces dernières semaines : le meurtre de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh par l’armée israélienne, l’accélération de la colonisation, le feu vert donné au nettoyage ethnique des villages de Masafer Yatta, l’offensive « préventive » contre Gaza, le raid de l’armée d’occupation contre les ONG palestiniennes, la prolongation de la détention de Salah Hamouri.

Le symbole, et le danger pour l’avenir, de la reprise de ces réunions dans un des pires contextes de violation des droits du peuple palestinien, restera une tache pour l’Union européenne et pour les États qui ont soutenu la reprise de ces réunions. C’est aussi une insulte aux 167 morts palestiniens de Cisjordanie et de Gaza depuis le début de l’année.

Certes, on pourra observer que cette réunion n’a été suivie d’aucune déclaration commune, le seul document officiel de cette réunion restant la prise de position en 54 points de l’Union européenne. Tout en se prononçant contre la colonisation, pour la levée du blocus de Gaza, pour le maintien du statu quo des lieux saints de Jérusalem, et en avançant une fois de plus un « processus de paix » devenu vide de sens, cette prise de position fait la promotion du développement de la coopération entre l’Union européenne et Israël dans d’innombrables domaines, sans aucune condition explicite. Elle illustre l’ambiguïté des positions de l’Union européenne lorsqu’elle se réclame du droit.

L’Association France Palestine Solidarité attend au contraire de la France et de l’Union européenne qu’elles décident de mettre fin à l’impunité d’Israël. Elles doivent exiger l’arrêt immédiat de toute opération de transfert de population et de démolition de maisons et d’infrastructures, la levée du blocus de Gaza, l’annulation des ordres militaires israéliens contre les ONG palestiniennes, la libération immédiate et sans condition de Salah Hamouri et de tous les prisonniers politiques palestiniens, particulièrement ceux qui sont en détention administrative.

Seule une politique de pressions réelles et de sanctions, à l’opposé du signal désastreux qui vient d’être donné aux dirigeants israéliens par la reprise des réunions du Conseil d’Association, serait en mesure de faire respecter par l’Etat d’Israël les principes élémentaires du droit international et des droits humains.

Le Bureau National de l’AFPS, le 5 octobre 2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT