83 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2022

Salah Hamouri de nouveau arrêté par l’occupant israélien !

Communiqué de l'AFPS

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 7 mars, à l’aube, l’armée d’occupation israélienne a une fois de plus arrêté Salah Hamouri. Il a été conduit directement à la prison d’Ofer.

Israël continue de s’acharner sur Salah Hamouri, avocat franco-palestinien. Défenseur des droits des Palestiniens et particulièrement des prisonniers politiques, il a trop souvent connu les arrestations et les prisons israéliennes.

Déjà arrêté à 17 ans, il avait alors fait 7 ans de prison. En août 2017, il était de nouveau arrêté et aura fait 13 mois de prison sans s’être vu notifié la moindre justification. C’est la « détention administrative » dont Israël use massivement à l’encontre des Palestiniens : l’enfermement est renouvelé de 6 mois en 6 mois, indéfiniment, dans l’arbitraire le plus total. À nouveau arrêté le 29 juin 2020, il avait alors fait 9 jours de prison.

Depuis, le harcèlement dont il est victime n’a jamais cessé : le 19 juin 2021, la ministre de l’Intérieur du gouvernement Bennett a annoncé qu’elle avait l’intention de révoquer la carte de résident de Jérusalem de Salah Hamouri pour cause de non allégeance à l’occupant, en vertu d’une loi inique dont Israël est spécialiste. Cette mesure est effective depuis le 18 octobre 2021 mais un appel auprès de la cour suprême israélienne suit son cours.

Comme cela ne suffisait pas au régime d’apartheid israélien, les autorités d’occupation lui ont signifié une interdiction de circuler et, le 18 janvier 2022, il a été radié du système d’assurance maladie obligatoire pour tous les habitants de Jérusalem. Il est ainsi privé de la possibilité de se soigner.

Parce qu’il est né Palestinien à Jérusalem, la terre de sa famille, Salah Hamouri n’a pas les mêmes droits que les Israéliens juifs vivant à Jérusalem. Parce qu’il est Palestinien, il est condamné à subir les lois discriminatoires édictées par Israël qui a instauré un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien. Parce qu’il refuse de subir cette injustice, comme toutes celles et tous ceux qui, comme lui, résistent, il est victime de l’arbitraire et de l’acharnement d’un pouvoir qui se croit et se sait tout permis.

Les précédentes arrestations qu’il a subies, de même que les dernières mesures iniques d’Israël à son égard, avaient déjà suscité de vastes campagnes de soutien en France.

L’AFPS exige du président de la République une intervention ferme, immédiate et publique auprès des autorités israéliennes pour la libération de Salah Hamouri, la restauration de ses droits de résident et la possibilité de vivre à Jérusalem avec son épouse et ses enfants.

L’AFPS appelle à la mobilisation toutes celles et tous ceux qui ne supportent plus l’impunité dont jouit Israël et l’injustice subie par les Palestiniens. Elle assure Salah et sa famille de toute sa solidarité. Ensemble, nous exigeons la libération immédiate de Salah Hamouri.

Le Bureau National,
Le 7 mars 2022

>> Lire le communiqué sur le site de l'AFPS

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti