En ce 8 mars: solidarité avec les femmes palestiniennes

L’insécurité permanente est le quotidien des femmes palestiniennes. Elles sont victimes directement et indirectement de la violence de l’occupation : harcèlement des soldats israéliens, violence des colons, spoliation des terres et des ressources, destruction des maisons, entraves à la circulation, à l’accès à la santé ou à l’éducation.

 © Anne Paq, Active Stills © Anne Paq, Active Stills

 

L’insécurité permanente est le quotidien des femmes palestiniennes. Elles sont victimes directement et indirectement de la violence de l’occupation : harcèlement des soldats israéliens, violence des colons, spoliation des terres et des ressources, destruction des maisons, entraves à la circulation, à l’accès à la santé ou à l’éducation.

Les crimes de l’occupation sont aussi des crimes contre les familles. Déstabiliser les familles fait partie d’une stratégie de déstabilisation de la société palestinienne.

Tout le monde est sous pression et en bout de chaîne, les femmes reçoivent et doivent gérer toute la violence de l’occupation avec pour conséquence une augmentation de l’instabilité, de la précarité et de la pauvreté mais aussi des violences domestiques. Les violences familiales sont exacerbées par les frustrations et les humiliations que vivent les hommes au quotidien du fait de l’occupation – y compris l’emprisonnement. Incarcération dont elles sont également victimes ainsi que leurs enfants. Elles sont enfermées pour « des raisons de sécurité » créées de toutes pièces par Israël et c’est leur vie et celle de leur famille qui bascule.

Une telle situation a aussi pour conséquence d’aggraver pour les femmes les effets de la structure patriarcale de la société palestinienne.

Les femmes palestiniennes supportent le poids de cette double oppression, mais elles refusent de la subir. Organisées au sein de nombreuses associations de femmes ou par leurs actions individuelles, professionnelles, à la ville ou à la campagne, engagées en politique, dans la résistance à l’occupation ou dans la sauvegarde de la culture palestinienne, elles ont toujours été partie prenante de la libération nationale et de l’évolution de la société palestinienne.

En ce 8 mars 2021, alors que la situation sanitaire isole les Palestiniennes et les Palestiniens, l’AFPS salue la résistance, la lutte quotidienne des femmes palestiniennes qui sont debout contre l’oppression israélienne, contre les conséquences de sa politique, pour le respect du droit, pour la liberté et l’égalité des droits pour le peuple palestinien.

L’AFPS salue également leur lutte au quotidien pour le respect de leurs droits, pour l’égalité, leur liberté au sein de la société palestinienne.

La colonisation, l’annexion rampante mais bien réelle, l’apartheid israélien doivent cesser.

Il est temps que la France prenne les mesures qui s’imposent pour mettre fin à l’impunité d’Israël.

Ce 8 mars, l’AFPS fera entendre la voix des femmes palestiniennes dans les rassemblements, partout en France.

Le Bureau national de l’AFPS
8 mars 2021

Photo : Anne Paq, ©Active Stills

>>Lire ce communiqué sur le site de l'AFPS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.