106 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 août 2022

Israël bombarde Gaza : lettre à la Ministre des Affaires Etrangères

Lundi 8 août, le Président de l’AFPS a adressé une lettre à la Ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères et au Président de la République pour demander une réaction ferme de la France face à l’agression israélienne contre la population de Gaza.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madame la Ministre,

Depuis le vendredi 5 août l’État d’Israël bombarde la Bande de Gaza. Le bilan est déjà terrible, 44 morts dont 15 enfants, 360 blessés dont 150 enfants, d’innombrables destructions. Aucune attaque, aucun tir de roquette, ne permettait de justifier cette nouvelle agression israélienne. Malgré les affirmations israéliennes, les civils en sont les premières victimes, et le concept de « guerre préventive » ne traduit qu’une agression caractérisée avec d’évidentes intentions électoralistes. C’est ce que nous avons souligné dès le 6 août dans notre communiqué.

Dans cette situation, nous tenons à vous faire part de notre indignation à la lecture du communiqué publié sur le site du Quai d’Orsay samedi dernier 6 août. La France « déplore » les victimes palestiniennes et « condamne » les tirs de roquettes, alors qu’aucun tir n’avait eu lieu avant l’agression israélienne. La France omet de condamner les bombardements israéliens qui ont fait toutes ces victimes, terrorisent la population, traumatisent les enfants palestiniens d’une manière souvent irréparable.

Et surtout, dans une telle situation d’agression, la France « réitère son attachement inconditionnel à la sécurité d’Israël ». Madame la Ministre, permettez-nous de vous le dire, cette phrase, écrite dans ces circonstances, est un véritable permis de tuer. Croyez-vous vraiment que la sécurité d’Israël sera assurée par ces agressions ? N’est-il pas temps, grand temps, de dire fermement à Israël, d’abord par des expressions claires et fortes, puis par des sanctions, que ces violations du droit international sont inacceptables, et que sa sécurité ne sera assurée que par la reconnaissance des droits du peuple palestinien ?

Pensez-vous vraiment que vous pouvez, au sein du Conseil européen statuant à l’unanimité, vous prononcer pour la reprise du Conseil d’association pour un hypothétique soutien à un Premier ministre par intérim bien rapidement qualifié de « centriste » ? Alors même que la colonisation s’intensifie, que la population de Masafer Yatta est déportée, que les provocations israéliennes sont continues sur Jérusalem, et maintenant l’agression contre Gaza ?

Rien ne changera dans la politique israélienne tant que la population israélienne ne comprendra pas que cette politique est condamnée, et sanctionnée, par la communauté internationale.

La France, membre du Conseil de Sécurité de l’ONU, Haute Partie contractante des conventions de Genève, qui a su par le passé s’exprimer d’une voix forte sur la situation au Proche-Orient, a une responsabilité particulière. Elle ne peut pas, elle ne doit pas, en rester à la déclaration publiée le 6 août. Nous attendons de vous-même, et du président de la République à qui nous adressons une copie de ce courrier, une réponse à la hauteur de la situation : une condamnation claire et nette des bombardements israéliens sur la Bande de Gaza, la demande de report sine die de toute réunion du Conseil d’Association, et des gestes forts, notamment la suspension de toute coopération militaire, tant que l’État d’Israël poursuivra sa politique d’agression contre le peuple palestinien et refusera de se conformer au droit international. Et ce sont bien sûr des sanctions, et notamment la suspension de l’accord d’association, qu’il faudra mettre à l’ordre du jour du Conseil européen dans une telle situation de crimes de guerre et de violation du droit.

Au-delà de cet échange par courrier, nous vous demandons de bien vouloir nous recevoir pour que nous puissions vous faire part de notre analyse et de nos attentes.

Nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre très haute considération.

Bertrand Heilbronn,


Président de l’Association France Palestine Solidarité,


Le 8 août 2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot