83 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2022

Ramy Shaath enfin libre, la mobilisation pour les droits des peuples continue

Communiqué de l'AFPS

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ramy Shaath, militant égypto-palestinien défenseur des droits humains, est enfin libre après plus de 900 jours passés en prison. Sa libération a été conditionnée par la perte de sa nationalité égyptienne.

Il est arrivé en France et a retrouvé sa famille ce samedi 8 janvier. L’AFPS, comme toutes les associations qui ont soutenu le combat acharné mené par sa femme Céline Lebrun Shaath pour sa libération se réjouit de cet heureux dénouement.

Arrêté en pleine nuit le 5 juillet 2019 par des soldats lourdement armés, sans mandat d’arrêt, il a été détenu près de 2 ans et demi. Sa détention provisoire a été reconduite plus de 25 fois dans des conditions d’emprisonnement inhumaines et dégradantes

L’Égypte compte plus de 60.000 détenus d’opinion, selon des ONG.

Figure de la révolution égyptienne de 2011, Ramy n’a pas cessé de soutenir la lutte du peuple palestinien pour sa liberté, la fin de l’occupation et de la colonisation.

L’État d’Israël s’en prend également au mouvement de résistance contre la violation systémique des droits humains du peuple palestinien. Nous n’oublions pas les 4 600 prisonniers politiques, dont 500 détenus sans chef d’inculpation ni procès, ni la mise au ban par Israël de 6 ONG palestiniennes décrétées « associations terroristes », ni notre compatriote Salah Hamouri assigné à résidence, interdit de circuler comme il l’entend et menacé d’expulsion par les autorités israéliennes !

Le président de la République doit déclarer sans ambiguïté sa volonté politique de protéger les défenseurs palestiniens des droits de l’Homme attaqués par Israël et exiger l’annulation des décisions du gouvernement israélien. Il doit s’exprimer fermement sur le droit à Salah Hamouri à vivre dans son pays et y exercer son métier d’avocat.

La France doit prendre des mesures à l’encontre des pays qui utilisent l’emprisonnement comme une arme de destruction de toute opposition, toute lutte pour le respect des droits humains partout dans le monde.

Si la libération de Ramy Shaath résonne comme un encouragement à la mobilisation et à la solidarité internationale pour la défense des droits humains en Egypte comme en Palestine, de nombreux combats restent à gagner.

Le Bureau National,
le 10 janvier 2022

https://www.france-palestine.org/Ramy-Shaath-enfin-libre-la-mobilisation-pour-les-droits-des-peuples-continue

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes