73 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2017

Qui protège les fascistes juifs ?

Par Dominique Vidal, Journaliste, Ancien Rédacteur en chef adjoint du Monde diplomatique

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Dominique Vidal

Depuis quelques jours, une soi-disante « Brigade juive » se répand sur les réseaux sociaux en insultes et en menaces.

Sa cible: des militants qui, devant l'intransigeance du gouvernement israélien et la complaisance de la communauté internationale, participent à la campagne Boycott-désinvestissement- sanctions (BDS).

Ces « brigadistes » s'en sont notamment pris à des dirigeants de l'Association France Palestine Solidarité (AFPS), dont ils ont rendu publics l'adresse mèl, l'adresse postale et le numéro de téléphone. Cela a aussitôt été suivi d’appels téléphoniques d’insultes et de menaces d’agressions physiques extrêmement violentes allant jusqu’à des menaces de mort ou de viol contre les responsables de l’association et les membres de leurs familles s’ils poursuivaient la campagne BDS.

Pour ma part, ayant dénoncé ces agissements sur ma page Facebook, je me suis vu traiter d'"antijuif gauchiste" pour qui "le bon juif est celui qui a péri dans les camps nazis". Ces injures sont obscènes: presque toute ma famille paternelle a connu les camps nazis, dont Auschwitz pour mon père; quant à ma famille maternelle, également juive, elle a dû passer dans la clandestinité, et cacher les enfants, dont ma mère, au Chambon-sur-Lignon.

Si de nombreux internautes se sont mobilisés contre ces "interventions", au point que Facebook a dû suspendre la page de ladite « Brigade juive », le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) n'a pas eu jusqu'ici un seul mot pour condamner ces insultes et ces menaces. Voilà une organisation qui prétend parler au nom des Juifs de notre pays, mais qui se tait quand des fascistes agissent au nom du judaïsme.

Certes, le CRIF combat la campagne BDS, dont il a obtenu de l'actuel gouvernement la criminalisation. Mais la haute représentante de l'Union européenne pour la politique extérieure et la défense, Federica Mogherini, a rappelé récemment que « l’UE défend la liberté d’expression et d’association, conformément à sa Charte des Droits fondamentaux, qui s’applique aux Etats membres de l’UE, y compris en ce qui concerne les actions BDS ».

Quoiqu'il en soit, il ne s'agit pas ici de demander à qui que ce soit de se rallier à la campagne BDS, mais simplement de condamner des actions délictueuses qui portent gravement atteinte à la liberté d'expression.

Quand les « ancêtres » de l'actuelle « Brigade », le Betar et la Ligue de défense juive (LDJ), sévissaient, le CRIF protestait... qu'il n'avait rien à voir avec eux. Cette fois-ci, il s'en tient à un silence bruyant.

La question est donc clairement posée: qui protège les fascistes juifs et pourquoi ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social