83 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2022

Lettre de l'AFPS au président de la République

Lettre au Président de la République française sur son intervention lue par le Premier Ministre au dîner du CRIF

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 7 mars 2022

Objet : Votre intervention lue par le Premier Ministre au dîner du CRIF

Monsieur le Président de la République,

C’est en votre nom, et en précisant qu’il prononçait l’intervention que vous aviez préparée, que le Premier ministre s’est exprimé le 24 février au dîner du CRIF. C’est donc à vous que nous nous adressons pour relever des points qui nous ont fortement interpellés dans ce discours, et que nous estimons particulièrement graves pour la politique extérieure de la France et pour le respect de nos principes républicains.

Nous avons été particulièrement choqués que vous ayez pu vous exprimer contre la résolution sur Jérusalem qui a été votée par la France à l’Assemblée Générale des Nations-Unies en décembre dernier, en déclarant : « Comme vous, je m’inquiète de la résolution des Nations unies sur Jérusalem qui continue d’écarter, à dessein et contre toute évidence, la terminologie juive de « mont du Temple ». En son temps, nous avions relevé, dans un communiqué, le déchaînement du lobby pro-israélien contre cette résolution, alors que le terme « Haram Al-Sharif », traduit par « Esplanade des Mosquées » dans la version française de la résolution, est utilisé depuis des années dans toutes les résolutions de l’ONU. Nous avions pu noter que la France avait su résister à ce déchaînement et voter pour cette résolution.

Toute aussi grave est la phrase qui suit de votre discours : « Jérusalem est la capitale éternelle du peuple juif. ». Jusqu’ici, les autorités françaises parlaient en des termes précis, des Français juifs ou des Juifs de France, de l’État d’Israël, de la religion juive/israélite, et de Jérusalem comme future capitale d’Israël et de la Palestine. Parler de l’attachement de la religion juive aux lieux religieux de Jérusalem est une chose, parler du « peuple juif » et dire que Jérusalem en est sa « capitale éternelle » est tout autre chose. Au moment où les Palestiniens de plusieurs quartiers de Jérusalem voient leurs maisons détruites ou sont menacés d’expulsion, au moment où des groupes fascistes israéliens viennent provoquer les Palestiniens sur l’Esplanade des Mosquées, mesurez-vous la portée de ces paroles ? Et sur le « peuple juif » dont Jérusalem serait la « capitale éternelle », mesurez-vous à quel point vous alimentez l’idéologie et le système suprémacistes que l’on retrouve dans la loi « Israël État-nation du peuple juif », fortement contestée y compris en Israël même ? Mesurez-vous, enfin, à quel point vous agissez contre les principes républicains de notre pays en vous adressant aux Français juifs comme « peuple juif » dont la capitale serait Jérusalem ?

Ces mêmes principes républicains, vous les mettez à mal lorsque vous annoncez que c’est au côté du président de l’État d’Israël que vous allez commémorer, le 20 mars, les horribles attentats de Toulouse et Montauban de mars 2012. Commémorer ces attentats, dont le caractère antisémite ne fait aucun doute pour celui de Toulouse, et mobiliser la société française pour que de tels actes ne puissent plus jamais se produire, c’est plus qu’un droit, c’est un devoir pour le président de la République. Mais le faire aux côtés du président d’un État tiers, qui viole quotidiennement le droit international, entretenir ainsi la confusion entre les Français juifs et l’État d’Israël, serait une faute contre notre République : comme nous l’avons exprimé dans notre communiqué, nous vous demandons d’y renoncer.

Le dernier point de votre discours que nous ne pouvons pas admettre est la charge que vous jugez utile de mener contre les associations de défense des droits de l’Homme qui ont montré, dans des rapports extrêmement sérieux, que la politique d’Israël à l’encontre du peuple palestinien dans son ensemble remplit tous les critères de la définition internationale du crime d’apartheid. C’est une position que, avec nombre d’organisations en France et dans le monde, nous soutenons pleinement. Nous avons d’ailleurs noté que le gouvernement français avait officiellement déclaré qu’il allait étudier attentivement le dernier rapport paru, celui d’Amnesty International, et nous imaginons bien que l’exécutif français a étudié très sérieusement le précédent, celui de Human Rights Watch, ainsi que les prises de position de l’ONG israélienne B’Tselem et le rapport des ONG palestiniennes.

Aussi, Monsieur le Président de la République, nous avons besoin de savoir : y a-t-il une politique de la France, que l’on retrouve dans nombre de positions prises aux Nations-Unies, ou bien s’agit-il simplement de prises de position fluctuantes suivant l’interlocuteur ? Les sujets traités sont trop graves pour permettre une telle ambiguïté : sur les quatre points que nous avons relevés, nous vous demandons, d’urgence, une clarification.

En d’autres temps, déjà à propos de Jérusalem, un président de la République s’exprimait devant le dîner du CRIF en ces termes : « je peux vous dire très sincèrement que le président de la République française ne ferait pas son devoir, y compris à votre endroit, s’il se contentait simplement de vous faire plaisir pour une soirée ». C’était en…. 2018.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

Bertrand Heilbronn
Président de l’Association France Palestine Solidarité

>> Lire la lettre sur le site de l'AFPS

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire