99 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juin 2021

Jérusalem: à Montpellier, scandaleux soutien à la violation du droit international

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Centre Culturel Juif de Montpellier organise, le 20 juin 2021 sa 44ème "Journée de Jérusalem" intitulée cette année « Étonnante Jérusalem, le défi de la modernité »

L’intention en est claire : « Nous fêtons au parc Grammont la réunification de Jérusalem intervenue après la guerre des six jours ». Les collectivités territoriales de la ville de Montpellier, du département de l’Hérault et de la région Occitanie affichent leur soutien à ces « festivités ».

Qu’est-ce que cette « réunification de Jérusalem » qui mériterait d’être fêtée ?

C’est l’histoire d’une conquête militaire, par la force, au mépris du droit international. Déjà, en 1948, l’Etat d’Israël nouvellement créé avait conquis Jérusalem-Ouest et expulsé ses habitants palestiniens. En 1967, il a conquis Jérusalem-Est en même temps que toute la Cisjordanie. Lorsque, en 1980, Israël a déclaré Jérusalem comme sa capitale « une et indivisible », elle a été condamnée par l’ONU, et le Conseil de Sécurité a voté deux résolutions dans ce sens en 1988. Cette position internationale a été unanimement respectée jusqu’à ce que Trump déplace l’ambassade des États-Unis en 2018. Elle reste la référence pour l’ONU et pour la quasi-totalité des États, dont la France, qui voient Jérusalem comme la future capitale des Israéliens et des Palestiniens, et n’admettent aucune souveraineté sur Jérusalem tant qu’il n’y aura pas eu d’accord entre les deux parties.

C’est donc une violation flagrante du droit international que le Centre Culturel Juif de Montpellier fête chaque année avec le soutien des collectivités territoriales, qui s’en font ainsi les complices.

Cet événement a une résonance particulière cette année dans un contexte où depuis plus de deux mois les agressions et provocations à l’encontre des Palestiniens de Jérusalem se multiplient de la part de la police et de la part des colons et des mouvements d’extrême-droite israéliens, qui viennent encore de déverser leur haine le 15 juin face à la porte de Damas en hurlant « mort aux Arabes ».

Alors que le ministre de l’Intérieur a interdit des manifestations en solidarité avec le peuple palestinien en les qualifiant de « manifestations antisémites » et après que le président de l’AFPS ait été arrêté et mis en garde à vue, c’est le déni du droit et le soutien à des manifestations racistes et haineuses qui s’affichent ainsi à Montpellier. En France on tente aujourd’hui de museler celles et ceux qui défendent le droit et on encourage celles et ceux qui fêtent ses violations !

Depuis bientôt 10 ans le groupe local de l’Hérault de l’AFPS interpelle les collectivités territoriales pour qu’elles cessent de soutenir cette fête, et alerte sur ce point le préfet du département.

Malgré leurs interventions, année après année, et malgré la gravité des événements à Jérusalem, les collectivités territoriales piétinent le droit international et les droits des Palestiniens.

Ce scandale doit cesser.

Le Bureau national,
Le 18 juin 2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin