112 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2022

Arrêter le transfert forcé des Palestiniens par Israël !

Communiqué de l'AFPS du 6 mai 2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis 22 ans, les habitants de Masafer Yatta se battent devant les tribunaux israéliens pour contester la volonté d’appropriation de leurs terres par Israël.

Dans les années 1980 Israël a décidé de faire de leur territoire une zone de tirs pour son armée d’occupation. La Cour suprême israélienne a rejeté le 4 mai le dernier recours contre l’expulsion et le transfert forcé des 1 300 habitants palestiniens qui y vivent, cultivent les terres, élèvent leur bétail. Ces communautés palestiniennes résident dans cette zone de 3 000 hectares depuis des années, bien avant qu’Israël n’occupe la Cisjordanie suite à la guerre de juin 1967.

Cette décision ouvre la voie à la démolition des huit villages situés dans cette zone aride du sud d’Hébron appelée Masafer Yatta et à l’expulsion de ses habitants. Cette expulsion, transfert forcé, constituerait une violation du droit international : Israël, en tant que puissance occupante, n’a pas le droit de transférer contre leur gré des membres de la population occupée.

Depuis 2011, les autorités israéliennes ont démoli ou confisqué 217 structures palestiniennes dans cette "zone de tir", et déplacé 608 résidents palestiniens. Leur quotidien est fait de violence des colons et d’agressions de l’armée, de démolition, de destruction de leurs cultures, de vol de leur bétail.

Dans un communiqué, l’association israélienne de défense des droits humain B’Tselem a déclaré : "Les juges ont ainsi prouvé une fois de plus que les occupés ne peuvent pas s’attendre à ce que justice soit rendue par le tribunal de l’occupant. »

Nidal Abu Younis, Le maire de Masafer Yattaa a déclaré : "Nous n’allons pas quitter nos maisons. Nous allons rester ici."

Sami Huraini, acteur de la résistance populaire à Masafer Yatta a déclaré à l’AFPS : « Nous demandons à la communauté internationale d’intervenir pour empêcher ce crime ! Il faut sauver Masafer Yatta ! »

L’Association France Palestine Solidarité assure les communautés palestiniennes de Masafer Yatta de toute sa solidarité.

Elle exhorte la France et l’Union européenne de cesser enfin de fermer les yeux devant les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité d’Israël à l’encontre du peuple palestinien et de prendre les mesures nécessaires pour que cela cesse.

La communauté internationale doit empêcher Israël de transférer de force les communautés de Masafer Yatta. Si ce crime était commis, elle devra s’assurer que les responsables - y compris les ministres du gouvernement, les hauts gradés de l’armée et les juges de la Cour suprême - seront tenus pour responsables et devront en payer les conséquences.

Il faut sauver Masafer Yatta !

Le Bureau national de l’AFPS
Le 6 mai 2022

>> Lire le communiqué sur le site de l'AFPS

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat