112 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juil. 2022

Visite de Abbas : la France doit marquer concrètement son attachement au droit

Communiqué de l'AFPS du 20 juillet 2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Emmanuel Macron reçoit ce 20 juillet Mahmoud Abbas, président de l’État de Palestine. Cette visite intervient dans un contexte où l’oppression du peuple palestinien atteint des sommets. Le colonisé bénéficiera-t-il d’un accueil aussi chaleureux que le colonisateur, l’occupé que l’occupant ?

L’assassinat de Shireen Abu Aqleh a mis en lumière la violence de l’occupation israélienne : ce sont 60 Palestiniens et Palestiniennes dont 16 mineurs qui ont été assassiné⸱e⸱s depuis le début de l’année, victimes d’une armée sans limite à qui le gouvernement israélien a donné un permis de tuer garantissant l’impunité aux assassins.

La colonisation, crime de guerre, est en pleine croissance : dans les six premiers mois de 2022, les autorités d’occupation ont approuvé 46 plans pour l’expansion de colonies existantes ou pour l’établissement de nouvelles colonies en Cisjordanie y compris à Jérusalem ; 66 autres plans sont en cours d’approbation.

Les colons, eux, ont établi cinq nouveaux avant-postes sur les terres volées aux Palestiniens, dans les gouvernorats de Ramallah, Naplouse et Salfit et ont continué les agressions quotidiennes des Palestiniens.

Dans le même temps, parallèlement à cette colonisation à marche forcée, pour les Palestiniens, c’est une vague de démolitions : 572 avis de démolition leur ont été notifiés par les autorités d’occupation qui ont procédé à la démolition de 295 structures concernant 445 personnes, dont 212 enfants restés sans toit. Particulièrement visées Jérusalem et la région d’Hébron.

Vague d’arrestations également : depuis le début de l’année, l’armée d’occupation israélienne a arrêté 3873 civils palestiniens y compris des enfants, dont la moitié de Jérusalem-Est. Ce sont 862 ordres de détention administrative (sans charge ni procès) qui ont été prononcés. Les arrestations visent plus particulièrement les militants, les défenseurs des droits humains, les étudiants, les journalistes.

Et toujours l’installation de barrages militaires, la répression des manifestations contre la saisie des terres, les destructions de sources et réserves d’eau, et depuis peu l’interdiction faite aux palestiniens de brandir ou installer leur drapeau national.

Un lieu illustre particulièrement la politique israélienne de dépossession et de nettoyage ethnique : Masafer Yatta dans les collines du sud d’Hébron où la population tente de résister au plus grand transfert forcé de population depuis l’occupation de 1967.

Quant à la Bande de Gaza, elle subit depuis quinze ans un blocus inhumain et des bombardements d’une violence inouïe par l’armée israélienne. C’est l’ensemble de la société palestinienne de Gaza qu’Israël cherche à détruire.

Dans ce contexte, quel message Emmanuel Macron va-t-il choisir d’envoyer au peuple palestinien ?

Va-t-il annoncer à Mahmoud Abbas que le moment est venu pour la France de reconnaître l’État de Palestine, affirmant ainsi la légitimité des droits nationaux du peuple palestinien ?

Va-t-il affirmer que pour Israël l’impunité c’est fini, et décider de sanctions comme il a été prompt à le faire pour la Russie ?

Va-t-il décider que la France et l’Union européenne vont enfin appliquer le droit international et interdire la commercialisation des produits des colonies dans l’UE ?

Emmanuel Macron peut aussi reconnaître qu’Israël exerce à l’encontre du peuple palestinien un régime d’oppression et de domination - un régime d’apartheid - et s’engager dans la voie pour y mettre fin et pour l’égalité des droits.

Il serait grand temps pour la France de marquer solennellement son attachement au droit, par des déclarations fortes et des actions concrètes pour qu’il soit enfin respecté. L’AFPS demande au président de la République d’en finir avec le deux poids deux mesures et d’agir avec la même force contre les crimes de guerre qu’ils soient perpétrés par Israël ou par la Russie. La défense du droit international ne se divise pas.

Le Bureau National de l’AFPS,
Le 20 juillet 2022

>> Lire le communiqué sur le site de l'AFPS

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes