83 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 févr. 2022

La solidarité avec le peuple palestinien n’est pas un délit, c’est un devoir

Communiqué de l'AFPS

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En annonçant sa volonté de dissoudre le Collectif Palestine Vaincra et le Comité action Palestine, sur demande d’Emmanuel Macron, Gérald Darmanin veut faire de la solidarité avec le peuple palestinien un délit. L’AFPS dénonce cette nouvelle atteinte aux libertés associatives et à la liberté d’expression et apporte tout son soutien à ces deux collectifs.

Comment ne pas voir que les motifs évoqués pour justifier ces dissolutions traduisent avant toute chose un parti pris gouvernemental contre toute expression critique à l’égard de la politique israélienne vis-vis-du peuple palestinien ? Une politique qui vient d’être caractérisée par Amnesty international comme étant un régime d’Apartheid.

Non seulement la solidarité avec la Palestine n’est pas un délit, mais nous affirmons qu’elle est un droit et un devoir en opposition au colonialisme et au racisme dont se rendent coupables quotidiennement les autorités israéliennes. Le soutien aux revendications légitimes du peuple palestinien n’est en rien assimilable à un quelconque appel à la haine envers Israël ou les Israéliens, c’est un appel à la justice et à l’application du droit international.

Le gouvernement français s’entête et persiste à entraver la liberté d’expression des citoyennes et citoyens qui utilisent l’appel au boycott pour dénoncer les violations permanentes du droit par le régime israélien. Répétons encore une fois que c’est la France qui, le 11 juin 2020, a été condamnée par l’arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour avoir poursuivi devant les tribunaux des militants ayant appelé au boycott.

Bien que la CEDH ait confirmé que l’appel au boycott relève de la liberté d’expression et est un droit citoyen, légitime et légal, le ministre de l’Intérieur refuse de la reconnaître et l’utilise encore un fois comme prétexte pour menacer de dissolution des collectifs de solidarité avec la Palestine.

Comme citoyen·nes, nous considérons avoir le droit d’interroger et même de critiquer la politique française de coopération avec le gouvernement israélien sans être suspectés d’antisémitisme.

Comme citoyen·nes nous considérons avoir le droit d’interroger les candidat.es à la présidentielle sur leurs positions à l’égard de la question palestinienne sans nuire à l’expression du débat démocratique.

L’AFPS appelle l’ensemble des associations, partis, syndicats et collectifs soucieux de préserver les libertés associatives à s’opposer aux menaces de dissolutions proposés par le gouvernement à l’égard du Collectif Palestine Vaincra et du Comité action Palestine.

Le Bureau national de l’AFPS,
le 25 février 2022

>> Lire le communiqué sur le site de l'AFPS 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l'Algérie : le mythe colonial au mépris de l'histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle
Journal — Amérique Latine
L’Amérique latine prend un nouveau virage à gauche
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan