Franc CFA : les regards se tournent vers l'Afrique centrale

A la faveur d’une conférence de presse conjointe à Abidjan le 21 décembre dernier, avec son homologue français Emmanuel Macron en visite en Côte d’Ivoire, le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara fait une annonce inattendue. «(...) nous avons décidé de changer le nom de la monnaie du CFA à l’ECO».

Emmanuel Macron et Alassane Ouattara à Abidjan le 21 décembre 2019 Emmanuel Macron et Alassane Ouattara à Abidjan le 21 décembre 2019
Une déclaration qui signe la mort certaine de cette monnaie historique en Afrique de l’Ouest. Autrefois « Franc des Colonies Françaises d’Afrique », créé en 1945, le franc CFA est peu à peu devenu un symbole de contestation sur le continent et à l’international, notamment dans les pays de l’Union européenne, tels que l’Allemagne et l’Italie. Depuis près d’une décennie, les 15 états de la CEDEAO, dont huit membres de l’UEMOA planchent sérieuse- ment sur une monnaie unique, dénommée ECO. Cette dernière, aujourd’hui en voie de concrétisation, avec une mise en service prévue dès 2020, viendra effacer le sentiment anti-français qui a émergé en Afrique. Par ailleurs, l’Afrique centrale n’est pas restée les bras croisés dans cette voie de l’indépendance monétaire. Du 21 au 22 novembre, lors d’un sommet à Yaoundé, les six états de la CEMAC, à savoir le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad, ont décidé de réformer en profondeur la monnaie unique qui les lie à la France. Il s’agit notamment de la question du dépôt des réserves de change, du compte des opérations et de la parité fixe avec l’Euro. Tous ces points ont été remis récemment sur la table des discussions lors de la rencontre des pays de la CEEAC à Libreville. Aujourd’hui, l’on s’achemine assurément vers une fin de la monnaie coloniale. Ce qui va changer la donne dans la relation France-Afrique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.