RDC : un nouveau gouvernement pour quelle politique ?

Retour de la sécurité, lutte contre la corruption, gratuité de l’école… le programme d’action du nouveau premier ministre pourrait vite se heurter à la guerre de tranchées qui se profile entre CACH et le FCC.

 © Twitter - DR © Twitter - DR

La présentation du programme du nouveau gouvernement par son premier ministre, Sylvestre Ilunga, avait comme un goût de déjà vu… ou plutôt de déjà entendu. Devant 352 députés présents, le chef de l’exécutif congolais a déroulé les 15 piliers d’un programme gouvernemental sans réelles surprises. Mais difficile de reprocher au nouveau premier ministre d’avoir pointé les éternelles carences de l’Etat congolais que les gouvernements précédents n’ont visiblement pas comblées. Les défis à relever sont énormes et les attentes des Congolais immenses.

L’insécurité toujours

Il y a d’abord le défi sécuritaire, toujours en haut de la pile des gouvernements congolais depuis plus de 25 ans. L’insécurité règne toujours dans les Kivu, à l’Est du pays, où 2.000 personnes ont été tuées dans des attaques depuis 2 ans, et où une centaine de groupes armés pullulent toujours dans la région. Sylvestre Ilunga a promis que des moyens supplémentaires seront alloués à l’armée congolaise. Si certaines milices ont déposé les armes dans les Kasaï depuis l’élection de Félix Tshisekedi, on attend toujours la mise en oeuvre de la promesse du président congolais de délocaliser l’Etat major de son armée à Beni, l’épicentre des massacres. L’armée freine des quatre fers, même si officiellement Félix Tshisekedi est censé être le patron.

Lutte anti-corruption encore

Autre priorité pour le gouvernement : le combat contre la corruption. Elle est endémique en RDC, et on la retrouve à tous les étages de la société. Transparency international a classé le Congo parmi les 20 pays les plus corrompus du monde. Si le gouvernement et le président veulent avoir des marges de manoeuvre financières pour réaliser leur programme, il faudra faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat… beaucoup d’argent. Avec un budget microscopique de 6 milliards de dollars, la RDC n’est pas en mesure d’assumer les besoins vitaux des Congolais : accès à l’eau, à l’électricité, à la santé, et à l’éducation.

Pour lutter contre la corruption et le blanchiment, le premier ministre a promis de créer une une juridiction spécialisée et de « renforcer les mécanismes de vérification, de contrôle et de surveillance dans les secteurs enclins à la corruption ». Car il faudra de nouvelles ressources pour appliquer l’une des promesses emblématiques du président Tshisekedi : la gratuité de l’enseignement de base dans les établissements publics. La mesure est très attendue par les Congolais, et surtout très populaire. Mais le hic, c’est qu’elle est très coûteuse : 2,6 milliards de dollars sur un budget global de 6 milliards. Le gouvernement va donc devoir trouver de nouvelles recettes fiscales pour financer la gratuité de l’enseignement. Surtout lorsque l’on sait que c’est un ministre FCC qui tient les cordons de la bourse aux finances. Félix Tshisekedi a récemment reconnu que la mesure n’était pas encore effective, et le serait « d’ici quelques mois ».

L’arroseur arrosé

Car la vrai question sur le programme du nouveau gouvernement congolais n’est pas de savoir s’il sera réalisable ou non, mais de savoir si cet exécutif à forte dominante FCC veut vraiment la réussite des promesses de Félix Tshisekedi, ou s’il n’a pas intérêt à parier sur l’échec du nouveau président pour mieux revenir au pouvoir. N’oublions pas que nous sommes dans une situation de cohabitation « dure » entre CACH et le FCC, avec un président ultra minoritaire à l’Assemblée nationale et au Sénat. Et un président qui reste prisonnier d’un accord politique de partage du pouvoir avec Joseph Kabila qui lui est largement défavorable.

Les bonnes intentions du premier ministre Ilunga, issu du FCC, risque de se retourner contre le président Tshisekedi. Dans la lutte contre la corruption, le ministre de la justice, membre du FCC, sera sans doute peu enclin à diriger ses enquêtes sur l’entourage de l’ancien président Kabila. Et tel l’arroseur arrosé, c’est Félix Tshisekedi et ses proches, qui risquent de se retrouver dans les mailles du filet. C’est d’ailleurs ce qui se profile avec les premières enquêtes financières, que. (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.