RDC : l’arrestation de Christian Ngoy va-t-elle relancer l’affaire Chebeya ?

Christian Ngoy, un des accusés toujours en fuite du meurtre de Floribert Chebeya, a été arrêté ce jeudi à Lubumbashi. L’interpellation de ce proche du général John Numbi, dans le cadre du regain d’insécurité au Katanga, pourrait rouvrir l’épineux dossier Chebeya dont les commanditaires n’ont jamais été identifiés.

Christian Ngoy © Dr Christian Ngoy © Dr

C’est la fin d’une drôle de cavale qui n’en était pas vraiment une. Christian Ngoy l'un des principaux accusés du meurtre du défenseur des droits de l’homme, Floribert Chebeya et de son chauffeur, Fidèle Bazana, a été arrêté jeudi 3 septembre au restaurant Bougain Villa de Lubumbashi. Interpellé par des éléments de la 22ème région militaire, il a été rapidement conduit à l’aéroport pour être transféré à la prison de Ndolo à Kinshasa. Cité dans l’affaire Chebeya, Christian Ngoy était en fuite et censé être activement recherché par la police. En fait, le capitaine de police circulait en toute impunité au Katanga et avait même été promu colonel. Dans la province minière, il continuait de côtoyer son ancien patron, John Numbi, accusé d’être le commanditaire du double assassinat de Chebeya et Bazana. Si ce dernier a été récemment écarté de l’inspection générale de l’armée par le président Félix Tshisekedi, Numbi reste l’homme fort du Katanga, accusé notamment de manipuler les divers groupes armés de la région pour asseoir son autorité.

La mort de quatre militants UDPS

Connu pour son implication dans l’affaire Chebeya, ce n’est pas sur ce dossier que les militaires sont venus interpeller Christian Ngoy ce jeudi dans le quartier du golf de Lubumbashi. Selon nos informations, le colonel de police serait soupçonné d’être impliqué début juillet dans l’assassinat de quatre militants de l’UDPS, le parti du président Tshisekedi, en marge des manifestations de protestation contre la désignation de Ronsard Malonda à la tête de la Commission électorale (CENI) - voir notre article. D’après une source militaire, Christian Ngoy serait également derrière la poussée de violence de ces derniers mois dans l’ex-Katanga, où des gangs sèment régulièrement la terreur. Son nom serait cité dans plusieurs rapports des services de sécurité congolais. D’après nos informations, cinq AK47 et quatre pistolets auraient été retrouvés à son domicile.

Numbi dans le viseur

L’arrestation de Christian Ngoy fragilise un peu plus l’homme fort du Katanga, John Numbi, déjà sous pression après avoir été écarté de l’inspection générale des armées. Christian Ngoy est toujours resté un de ses fidèles lieutenants, notamment pour servir de go-between entre le général et les groupes armés peu fréquentables de la région. Après sa mise à l’écart, John Numbi avait plaider sa cause devant les caméras, affirmant avoir au contraire contenu les milices et éviter le  (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.