RDC : Katumbi en route… pour 2023

L’opposant en exil Moïse Katumbi a annoncé sur RFI et France 24 son retour à Lubumbashi le 20 mai prochain. Un retour très politique pour un homme d’affaires pressé.

katumbi-tv-1024x544

« C'est définitif, le 20 mai, je suis à Lubumbashi ! ». Trois ans jour pour jour après son exil forcé en Afrique du Sud, puis en Europe, Moïse Katumbi compte bien rentrer au pays. Ancien allié du président Joseph Kabila, l’ex-gouverneur du Katanga avait quitté la RDC pour des raisons médicales en pleins démêlés judiciaires. Condamné à trois ans de prison pour une obscure affaire immobilière, Moïse Katumbi était aussi accusé d’avoir recruté des mercenaires. Si l’homme d’affaires avait décidé de rentrer à Kinshasa, les autorités promettait de l’interpeller à sa descente d’avion. Quelques jours avant le dépôt des candidatures pour la présidentielle de décembre 2018, Moïse Katumbi avait tenté de rentrer en RDC par la Zambie pour se lancer dans la course à la présidentielle. En vain. L’ancien gouverneur de la riche province congolaise devait rester bloquer de l’autre côté de la frontière et renoncer à sa candidature.

Ouverture politique

Mais depuis janvier 2019, la donne a changé au Congo. Un autre opposant, Félix Tshisekedi, est sorti vainqueur de la présidentielle. Une élection entachée de fraudes et qui serait le fruit d’un accord secret entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila pour se partager le pouvoir. Moïse Katumbi avait soutenu un autre opposant, Martin Fayulu, censé avoir réellement gagné les élections. Contrairement à Fayulu, qui revendique la victoire et appelle Tshisekedi à la démission, l’ancien gouverneur se montre plein de mansuétudes envers le nouveau président. Moïse Katumbi cherche à profiter de la relative ouverture politique pour tenter un retour au pays. Le nouveau président Tshisekedi, en quête de légitimité et de mesures symboliques pour affirmer le changement de régime, joue la carte de la décrispation politique. Il libère de nombreux prisonniers politiques emblématiques et promet à Katumbi un retour au Congo « en homme libre ».

Retour gagnant ?

Félix Tshisekedi tient parole et permet d’abord à Katumbi de recouvrir un passeport que l’ancien pouvoir lui refusait. Dans la foulée, la justice abandonne les poursuites dans les deux affaires qui pesaient sur l’homme d’affaires, que plus rien n’empêche maintenant de rentrer en RDC. Une aubaine pour Katumbi, qui peut enfin revenir dans l’arène politique congolaise… au premier plan. Car qu’on ne s’y trompe pas, si Katumbi a soutenu Fayulu à la présidentielle, c’était pour mieux revenir et prétendre au poste de chef de l’Etat qu’il convoite depuis 2015, date du « divorce » avec Joseph Kabila.

Mais avant de revenir dans la course, Moïse Katumbi devra composer avec le nouveau président Tshisekedi. Lors de l’interview avec RFI et France 24, l’ancien gouverneur s’est montré particulièrement bienveillant avec son sauveur de président. A la différence de Fayulu, Katumbi reconnaît à mi-mot la légitimité de Félix Tshisekedi malgré « des élections chaotiques et beaucoup d’irrégularités ». Il a même refusé de confirmer la victoire de Fayulu, comme le martèlent pourtant les  (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.