RDC : Tshisekedi à Paris en VRP du « Congo nouveau »

Ramener la paix, rendre justice, construire des infrastructures… Le président congolais a déroulé son programme de changement devant des Congolais de l’extérieur qui le voient déjà briguer un second mandat.

Félix Tshisekedi à Paris le 11 novembre 2019 © Christophe Rigaud - Afrikarabia Félix Tshisekedi à Paris le 11 novembre 2019 © Christophe Rigaud - Afrikarabia

L’opération séduction se poursuit pour Félix Tshisekedi auprès de sa diaspora en Europe. Après Bruxelles en septembre, le nouveau président congolais est à Paris. En marge du Forum pour la Paix, organisé dans la capitale par Emmanuel Macron, Félix Tshisekedi a souhaité rencontrer les Congolais de France. Le meeting se tenait aux docks d’Aubervilliers, où quelques « combattants » qui dénonçaient l’alliance contre-nature du président congolais avec Joseph Kabila, ont été tenus à distance par la police. A l’intérieur d’une salle chauffée à blanc, c’est aux cris de « Fatshi Béton », en référence aux grands travaux promis par le président congolais, que plusieurs milliers de Congolais étaient venus soutenir leur poulain.

Rentrez !

Le chef de l’Etat a martelé une nouvelle fois son unique message à destination de la diaspora en Europe : « rentrez au pays ! ». Félix Tshisekedi compte en effet sur les Congolais de l’extérieur pour « redresser le pays ». « Je serai à l’aise si vous rentrez dans votre pays pour le relever » a confié le président. Son discours sur le nécessaire retour à la paix a été particulièrement applaudi : « Je ne m’arrêterai jamais tant que la paix ne sera pas revenu dans l’ensemble du pays ». Le président a salué « notre vaillante armée » qui a lancé « une grande offensive pour reconquérir les territoires occupés par les ennemis qui en veulent à nos minerais ». Là encore, la foule a exulté.

Un tribunal pour les crimes commis au Congo

Alors que de nombreux Congolais avaient reproché à Félix Tshisekedi sa volonté de ne pas « fouiner dans le passé » pour punir les crimes commis au Congo avant sa prise de fonction, le président s’est montré plus offensif à Paris. « Pour ceux qui veulent que justice soit faite… oui, justice doit être faite, mais pas n’importe comment » ajoute Tshisekedi avant d’y mettre un bémol : « Si je me lance dans une telle entreprise, est-ce que je pourrai encore servir le Congo et les Congolais ? Je ne crois pas. C’est pourquoi je vais renforcer les pouvoirs de la justice (…) dans le présent, comme dans le passé ! ». Et sur la lourde thématique de l’impunité, Félix Tshisekedi a fait un pas supplémentaire vers la création « un jour, d’un tribunal pénal pour les crimes commis au Congo »… toute la nuance semblé résidé dans le « un jour ».

Infrastructures, gratuité de l’enseignement

Le président a ensuite endossé le costume de « Fatshi Béton », le « bâtisseur », en rappelant son programme des 100 jours sur la construction de nouvelles infrastructures. Le président a annoncé la signature prochaine de la construction du port en eaux profondes de Banana. Idem pour la construction du pont route-rail entre Kinshasa et Brazzaville… même si le texte de l’accord est encore à l’étude. Le président a reconnu des difficultés dans la mise en place de la gratuité de l’enseignement à cause « des maigres moyens que nous avons », mais le cap sera maintenu.

« Pas de trahison »

Sur le plan politique, Félix Tshisekedi s’est une nouvelle fois justifié de son alliance avec Joseph Kabila, encore contestée au sein de sa propre formation. « Il n’y a pas eu de triche » aux élections et « pas de trahison » en s’alliant avec le FCC de l’ex-président Kabila qui est arrivé en tête des législatives. « Nous avons même très bien réussi » a expliqué Félix Tshisekedi. « CACH représente seulement 10% des députés alors que nous avons 35% des ministres au gouvernement ».

Trop de voyages présidentiels ?

Le président s’est enfin exprimé sur la polémique de ses voyages à répétition aux quatre coins de la planète. « Ces voyages ne sont pas des vacances » a rétorqué Félix Tshisekedi. « Avec mes collaborateurs, je cherche des investisseurs, je les rassure pour qu’ils créent des emplois au Congo. Nous avons déjà ramené plus d’1,5 milliard grâce à ces voyages qui n’ont même pas coûté 50 millions de dollars ». Une manière d’avouer que le nouveau président est encore à la recherche de (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.