RDC : un nouveau premier ministre dans l’ombre de Tshisekedi

Félix Tshisekedi a fait le pari de la jeunesse en nommant ce lundi Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, 43 ans, à la Primature. Le nouveau Premier ministre n’est pas un poids lourds de la politique congolaise et devrait rester discret face à un hyper-président aux pleins pouvoirs.

sama-lukonde

Son nom circulait déjà sur les réseaux sociaux depuis le week-end dernier. L’annonce du porte-parole de la présidence de la République est venue confirmer ce lundi la nomination de Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge au poste de Premier ministre, en remplacement de Sylvestre Ilunga, démissionnaire. A 43 ans l’actuel directeur général de la Gécamines va prendre les rênes de la Primature en pleine offensive politique du président Félix Tshisekedi pour reprendre la main sur son successeur Joseph Kabila. Après la rupture avec le FCC, la destitution de la présidente de l’Assemblée nationale, les démissions du premier ministre et du président du Sénat, Félix Tshisekedi a désormais les coudées franches pour appliquer son programme politique. Et son tout nouveau premier ministre devrait l’y aider, contrairement à Sylvestre Ilunga, que le chef de l’Etat accusait de vouloir saboter ses décisions.

Bahati out, Katumbi refuse

La nomination de Jean-Michel Sama Lukonde à la Primature constitue la dernière étape de l’opération reconquête de Félix Tshisekedi. Deux autres noms étaient pourtant sur le haut de la pile pour diriger l’exécutif congolais. Il y a avait tout d’abord Modeste Bahati, l’informateur chargé d’identifier la nouvelle majorité à l’Assemblée nationale et Moïse Katumbi, le président d’Ensemble pour la République. Le premier ne donnait pas l’image d’un véritable renouvellement politique. Modeste Bahati était déjà ministre sous Mobutu. Et le second a clairement décliné l’offre, préférant ne pas être comptable de la politique présidentielle en cas de candidature aux élections de 2023 où il risquerait de se retrouver face à Félix Tshisekedi.

Kabila, Katumbi… puis Tshisekedi

Le président congolais a préféré jouer la carte de la jeunesse et de la nouveauté. Jean-Michel Sama Lukonde n’est pas un cacique de la politique congolaise et symbolise l’image parfaite de la génération montante. Député national en 2011, ministre des sports sous Joseph Kabila de 2014 à 2015 avant de démissionner pour protester contre un éventuel troisième mandat du président, il rejoint alors le G7 de Moïse Katumbi pour soutenir Félix Tshisekedi aux élections de 2018. Un parcours politique « à large spectre » qui lui permet une habile « triangulation » entre kabilisme, katumbisme et tshisekedisme. Un chemin idéal pour manoeuvrer la délicate l’Union sacrée présidentielle.

Gécamines et Katanga

Autre atout du nouveau Premier ministre : sa récente nomination à la Gécamines au poste de directeur général. Une fonction qu’il doit à Félix Tshisekedi qui espérait alors contrebalancer le très kabiliste Albert Yuma, toujours à la barre du géant minier - lire son entretien dans Mining & Business . Sa parfaite connaissance d’une des locomotives de l’économie congolaise devrait être un avantage certain lorsqu’il faudra trouver des marges de manoeuvre financières pour appliquer le programme présidentiel. Enfin, Jean-Michel Sama Lukonde vient du Katanga, une province stratégique dans la politique congolaise qui constitue la base arrière et électorale de Joseph Kabila et de (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.