Martin Fayulu : « l’incompétence de Tshisekedi va nous aider »

Candidat malheureux à la présidentielle de 2018, Martin Fayulu conteste toujours la victoire de Félix Tshisekedi et demande d’importantes réformes institutionnelles et la tenue d’élections anticipées.

Martin Fayulu à Paris en décembre 2019 © Christophe Rigaud - Afrikarabia Martin Fayulu à Paris en décembre 2019 © Christophe Rigaud - Afrikarabia

Afrikarabia : Presque un an après les élections de décembre 2018, la République démocratique du Congo (RDC) est-elle sortie de la crise politique ?

Martin Fayulu : Non, il y a toujours une crise de légitimité à la tête de l’Etat. Félix Tshisekedi n’a pas été élu par les Congolais. Il a été nommé par Joseph Kabila qui a demandé à la Commission électorale de fabriquer les chiffres des élections. On est allé très loin en fabriquant les chiffres de la présidentielle, mais aussi des législatives nationales et provinciales.

Afrikarabia : Comment sortir de cette crise de légitimité ?

Martin Fayulu : Je propose de créer un Haut conseil national des réformes institutionnelles afin de réformer la loi électorale, la Commission électorale et les juges électoraux. Il faut tout revoir : la Cour constitutionnelle, l’armée, la police, l’accès aux médias, les droits de l’Homme… et après 18 mois de réformes, je propose d’organiser des élections anticipées crédibles et transparentes.

Afrikarabia : Des élections à deux tours ?

Martin Fayulu : Exactement, afin que tout le monde puisse de présenter. Au sein de Lamuka, cela permettra de voir qui arrive en tête du premier tour et d’éviter de devoir désigner un candidat unique.

Afrikarabia : Comment revenir à un scrutin à deux tours ?

Martin Fayulu : Il suffit tout simplement de déclarer la révision constitutionnelle du 11 janvier 2011 illégale. Nous ne touchons pas à la Constitution et nous revenons alors à la Constitution originelle de 2006.

Afrikarabia : Comment provoquer ces élections anticipées que ne souhaitent pas Félix Tshisekedi et Joseph Kabila ?

Martin Fayulu : Tout d’abord grâce au peuple congolais qui est souverain et doit s’imposer. Il sera aider par les aberrations du président Tshisekedi et de Joseph Kabila. L’incompétence de Félix Tshisekedi va nous aider. Il accepte tout ce que Joseph Kabila lui demande de faire… il en fait même plus…

Afrikarabia : … comme quoi par exemple ?

Martin Fayulu : Joseph Kabila n’allait pas voir Paul Kagame au vu et au su de tout le monde. Il se cachait pour voir Kagame. Aujourd’hui, il envoie Tshisekedi dans la gueule du loup… et Tshisekedi est pris à son propre piège. Hier, le parti de monsieur Tshisekedi demandait que Joseph Kabila retourne dans son pays au Rwanda, et aujourd’hui Tshisekedi va au Rwanda, serrer la main de Kagame, alors que les plaies ne sont toujours pas pansées entre les deux pays.

Afrikarabia : Qu’est-ce qui ne va pas depuis l’élection de Félix Tshisekedi ?

Martin Fayulu : Dans le social par exemple, rien ne va. Le Franc congolais a encore perdu de sa valeur. On a décrété la scolarité gratuite pour l’enseignement de base, ça ne marche pas. L’Etat n’a pas de moyens. On continue de tuer à Beni et Butembo…

Afrikarabia : Qu’allez vous faire ?

Martin Fayulu : Très concrètement, je veux mettre les gens dans la rue. Le peuple est souverain. Je fais une proposition de sortie de crise… qui dit mieux ? On ne peut pas continuer à laisser Tshisekedi et Kabila jouer avec le peuple congolais. A terme, ce qui est prévu, c’est le plan Kabila pour déstabiliser le Congo, ce qu’on appelle la « balkanisation » du pays.

Afrikarabia : La désignation d’un porte-parole de l’opposition est-elle importante pour vous ?

Martin Fayulu : Le poste de porte-parole de l’opposition n’a pas raison d’être. Ce poste aurait une valeur dans le cadre d’élections démocratiques. Ici, qui est l’opposant ? Il n’y a pas d’opposant. Celui qui a gagné n’est pas celui qui dirige. Nous sommes dans une impasse. Nous devons aller aux élections anticipées, réformer les institutions pour que lors des  (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.