RDC : nouveau cycle de violence en Ituri

L’Ituri se retrouve plongée depuis deux semaines dans un violent conflit interethnique entre Hema et Lendu. Un bilan très provisoire fait état d’au moins 240 morts, et a provoqué le déplacement de plus de 300.000 personnes.

 © Monusco © Monusco

L’histoire semble se répéter à l’infini en Ituri, une province du Nord de la République démocratique du Congo (RDC), riche en or et en pétrole, à la frontière de l’Ouganda et du Sud-Soudan. Au cours de la dernière semaine, au moins 240 personnes ont été tués dans la zone de Djugu et Mahagi, selon la société civile, mais les responsables locaux affirment que le bilan pourrait s’alourdir dans les prochains jours. Les habitants de la région, ont pour la plupart du temps découvert les corps dans la brousse après l’attaque d’hommes armés. D’autres corps ont été trouvés dans la zone de Dendro, et plusieurs dizaines de personnes sont encore portées disparus. Dans la région de Djugu, des villages ont été incendiés, d’autres purement rasé par des assaillants non identifiés.

Vengeances et représailles

La province de l’Ituri revit un ultime soubresaut des violences interethniques entre Hema et Lendu, deux communautés qui s’étaient déjà violemment affrontées entre 1999 et 2003, faisant des dizaines de milliers de morts. Début 2018 encore, le conflit entre Hema éleveurs et Lendu agriculteurs avait ressurgit, créant une nouvelle fois une triste analogie avec le génocide rwandais entre Tutsi et Hutu. Aujourd’hui encore, il est difficile de savoir qu’elle est le réel déclencheur des violences, et surtout qui se cache derrière les tueurs. Des rumeurs font état de commerçants lendu assassinés dans le territoire de Djugu. S’en serait suivi un cycle de  (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.