Elections en RDC : fin de campagne torpillée et report envisagé

La campagne en vue des élections générales du 23 décembre a été suspendue à Kinshasa au moment où l’opposant Martin Fayulu devait tenir un meeting. Les rumeurs d’un report du scrutin se font de plus en plus pressantes.

 © Twitter - DR © Twitter - DR

Coup frein dans la campagne électorale de l’opposant Martin Fayulu à quatre jours des élections présidentielle, législatives et provinciales en République démocratique du Congo (RDC). Alors que la campagne est violemment réprimée par les autorités congolaises, avec plus de 7 morts, des meetings perturbés et des déplacements d’opposants annulés, le gouverneur de Kinshasa a brusquement clos la campagne électorale ce mercredi. Une suspension qui intervient alors que Martin Fayulu devait tenir une réunion publique dans la capitale. Le gouverneur de la ville affirme avoir pris cette décision « pour des impératifs sécuritaires » et concerne « l'ensemble des candidats président de la République, sans exception aucune ». Mais c’est bien le candidat de la coalition Lamuka, Martin Fayulu, qui est visé par cette mesure.

Fayulu empêché d’entrer à Kinshasa

Au même moment où le gouverneur de Kinshasa venait de baisser le rideau sur la campagne kinoise, le convoi du candidat Fayulu, de retour de meeting du Bandundu vers la capitale, était brusquement bloqué par des militaires sur la Nationale 1 au niveau de la bifurcation de Maluku. « Après m’avoir empêché d’atterrir à Kindu, après avoir attaqué mon cortège et tué mes supporters à Lubumbashi et Kalemie, détourné mon avion vers Goma... La kabilie m’empêche de rentrer à Kinshasa. De quoi ont-ils peur ? » s’est indigné Martin Fayulu sur son compte Twitter. Dans l’après-midi, la police a démonté la tribune sur laquelle l’opposant devait s’adresser à ses partisans, place Sainte-Thérèse. Ironie du sort, pendant ce. (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.