RDC : 3 belges expulsés pour avoir tenu des propos racistes

Plusieurs résidents étrangers de Lubumbashi ont été poursuivis par les autorités congolaises pour avoir publié des propos insultants et racistes contre le bourgmestre belge d’origine congolaise, Pierre Kompany.

Les ressortissants belges quittent Lubumbashi pour Kinshasa le 24 juin 2020 © DR Les ressortissants belges quittent Lubumbashi pour Kinshasa le 24 juin 2020 © DR

L’onde de choc mondiale du mouvement « Black lives matter » contre le racisme et le colonialisme a connu des soubresauts… jusqu’à Lubumbashi, en République démocratique du Congo (RDC). Des Congolais ont décidé de porter plainte contre des résidents étrangers de Lubumbashi pour des insultes racistes publiées sur Facebook à l’encontre du bourgmestre belge d’origine congolaise Pierre Kompany. Une première au Congo.

« La Belgique doit s’excuser »

Tout part d’un article du site belge 7sur7.be qui relaie l’interview de Pierre Kompany, le bourgmestre de Ganshoren, après le meurtre de Georges Floyd et les manifestations contre le racisme aux Etats-unis. Pierre Kompany, dont le fils est une star du football belge, revient sur la douloureuse relation entre la Belgique et le Congo. Il estime notamment que la Belgique doit «s’excuser» pour son passé colonial.

« Des macaques dans toutes leurs splendeurs »

Des propos qui passent mal pour un groupe de résidents étrangers de Lubumbashi, qui se déchaîne sur Facebook. Un certain Alain D. répond à Pierre Kompany : « monsieur le bourgmestre, je connais un très bon taxidermiste qui se fera une joie de vous immortaliser gratuitement et placer au musée parmi les animaux d’Afrique ». « Qu’on l’empaille et qu’on l’expose dans un musée ce complexé » répond Alexis D. « Des macaques dans toutes leurs splendeurs » pour Nicolas B. Joe DS. partage une photo de singes assis dans une assemblée : « l’image que j’ai en tête quand je pense à notre gouvernement ».

« Le cas échéant, les expulser du territoire »

Ces propos ne passent pas pour « Le panel des experts de la société civile » qui dénonce, le 22 juin, des propos condamnables qui vont « au-delà de la liberté d’expression ». L’organisation note le caractère « dénigrant, raciste et néocolonialiste » des propos partagés, et demande aux autorités judiciaires et migratoires d’identifier plusieurs résidents belges de Lubumbashi. « Le panel des experts de la société civile » souhaite « traduire les concernés en justice et le cas échéant, les expulser du territoire national ».

« J’ai terriblement honte »

Une lettre d’excuses d’Alain D. Est envoyée à Pierre Kompany le 24 juin. L’auteur explique « s’être laissé emporté dans une discussion à chaud. » « J’ai formulé des mots que je regrette amèrement, car ils ne reflètent en rien ma personnalité et ma nature » Et de conclure : « J’ai terriblement honte des propos publiés par moi, et je tiens à vous présenter mes regrets sincères ».

« Stop au racisme ordinaire à Lubumbashi ! »

Ces propos d’un autre temps tenus sur Facebook ont également choqué la communauté étrangère de Lubumbashi. Une pétition a même été lancée sur internet (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.