RDC : Tshisekedi va-t-il relancer l’affaire Chebeya à Dakar ?

La venue de Félix Tshisekedi à la prestation de serment du président Macky Sall le 2 avril pourrait être l'occasion de réactiver la justice sénégalaise sur le cas de Paul Mwilambwe, principal témoin de l'assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana.

Le major Paul Mwilambwe © DR Le major Paul Mwilambwe © DR

Cela fait maintenant plus de cinq ans que le major de la police congolaise est réfugié au Sénégal, en attente d’un procès et d’un jugement. Paul Mwilambwe est le témoin capital de l’un des meurtres les plus médiatiques de République démocratique du Congo (RDC) : celui du célèbre défenseur des droits de l’homme de la Voix dans sans voix (VSV), Floribert Chebeya, en juin 2010. Le jour du double meurtre de Floribert Chebeya et de son chauffeur, Fidèle Bazana, Paul Mwilambwe était en charge de la sécurité du bureau du Général John Numbi, le chef de la police congolaise. Et il affirme avoir tout vu.

Après les faits, le policier avait pris la fuite dans un pays d’Afrique, où il avait dénoncé devant le cinéaste Thierry Michel l’implication de John Numbi dans l’assassinat et la disparition de Chebeya et Bazana. Devant l’émotion internationale provoquée par l’affaire, John Numbi avait été suspendu et huit policiers, dont Paul Mwilambwe, inculpés. Après un procès émaillé de nombreuses irrégularités, cinq policiers sont finalement condamnés, dont quatre à la peine de mort et un à perpétuité. Paul Mwilambwe réussit à prendre la fuite et se réfugie au Sénégal.

Numbi et Kabila en ligne de mire

En choisissant Dakar, l’objectif de Paul Mwilambwe était de profiter de la compétence universelle de la justice sénégalaise pour enfin témoigner de ce qu’il a vu devant un tribunal indépendant. Jusque-là, Paul Mwilambwe avait estimé que la justice congolaise n’avait pas cherché à remonter la chaîne des responsabilités du meurtre de Chebeya jusqu’à John Numbi et à son commanditaire premier, l’ancien président Joseph Kabila.

Mais à Dakar, la justice traîne. Cinq ans après l’inculpation de Paul Mwilambwe pour meurtre, le procès du témoin clé de l’affaire Chebeya se fait toujours attendre. Après avoir jugé Hissène Habré, la justice sénégalaise a freiné des quatre fers sur le cas Mwilambwe. Ce procès aurait pu entamer les bonnes relations entre le pouvoir sénégalais et  (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.