afrikarabia
Christophe Rigaud - Journaliste
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 janv. 2021

RDC : le juteux business des élections de 2018

Un rapport de l’ONG The Sentry dénonce les affaires que souhaitaient faire le patron de la Commission électorale (Céni), Corneille Nangaa, après les élections de 2018, entachées d’irrégularités et de corruption.

afrikarabia
Christophe Rigaud - Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le président de la Céni devant une machine à voter en 2018 © Céni

Le cycle électoral de 2018 en République démocratique du Congo (RDC) n’a pas seulement été chaotique, entaché de graves irrégularités et aux résultats douteux, il a également été très opaque dans sa gestion financière. L’ONG anti-corruption The Sentry s’est plongée dans les différents business du président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Corneille Nangaa. Dans un rapport sur la corruption autour des élections de 2018, The Sentry explique que le patron de la centrale électorale s’est lancé dans le business des mines, via des sociétés écrans, après le scrutin contesté de décembre.

Fichier électoral : un contrat à 7 millions d’euros

L’affaire démarre avec les soupçons de « détournement de fonds » des fortes sommes d’argent débloquées par la Céni pour organiser les élections de 2016, et reportée en 2018 pour cause de retard dans l’enregistrement des électeurs. En 2017, en pleine crise pré-électorale, alors que les élections tardent à venir, Corneille Nangaa signe « une entente de collaboration » avec deux sociétés, UAB Neurotechnology, une société lituanienne de biométrie, et l’entreprise congolaise Bravo Tozali Compagnie SARL (BTC). Un contrat de gré à gré, sans appel d’offre est alors passé avec la Céni dans l’urgence, et 7 millions d’euros sont attribués au groupement.

Le business des doublons

L’objectif du contrat était d’éliminer les doublons dans le fichier électoral. 1,9 million d’euros étaient destinés à la société BTC pour gérer « les questions administratives ». Au poste de co-fondateur et partenaire minoritaire de BTC, on trouve Roger Abotome Bekabis, que sera élu député dans les élections de 2018 supervisées par Corneille Nangaa, et que l’on retrouvera plus tard associé en affaires avec le patron de la Céni. Des doutes sont soulevés par The Sentry sur l’arrivée de BTC dans ce contrat sur le nettoyage du fichier électoral. L’entreprise est plutôt spécialisée dans l’agriculture, le forage minier, le terrassement et la construction. La qualité du travail d’élimination des doublons est également sujette à caution.

Des doutes sur le nettoyage du fichier électoral

Alors que Neurotechnology affirmait avoir traité 46,5 millions de dossiers, contenant chacun 10 empreintes digitales et une biométrie faciale, l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), qui a mené une enquête indépendante, a constaté que 16,6% des inscrits, soit près d’un électeur sur six, n’avaient pas enregistré d’empreintes digitales. « Le nombre d’inscriptions sans empreintes a soulevé des doutes » pointe le rapport de The Sentry, qui s’étonne également de la démission surprise du directeur du Centre national de traitement des données (CNT), Jonathan Seke Mavinga, juste avant la publication du rapport de l’OIF. En septembre 2018, le Comité laïc de coordination (CLC), un collectif proche de l’église catholique, a dénoncé un nouveau fichier électoral « douteux et corrompu ».

Conflit d’intérêts et sociétés écrans

C’est en février 2019, après la publication des résultats contestées des élections présidentielle et législatives, que l’on retrouve Roger Abotome et Corneille Nangaa, tous les deux associés pour créer la société d’exploration minière General Ressources and Services SARL (GRS), comme l’attestent plusieurs documents consultés par The Sentry. Roger Abotome vient d’être élu député de la province d’origine de Corneille Nangaa. Un montage financier complexe est alors élaboré autour de cette société. Car, en fait, ce sont trois autres entreprises qui composent GRS : « le Domaine Agro-pastoral des Uélés SARL (DAU), BTC Mining and Services SARL (BMS) et la Société coopérative Grand Katanga pour le développement SARL. Le DAU était propriétaire de 64,7% des parts, la BMS de 15,4% des parts, et la SCGKD, une société contrôlée par l’homme d’affaires Jean Paul Kaduwa, possédait le reste ». Roger Abotome détenait  (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin