RDC : les ministères-clés aux mains de la coalition pro-Kabila

La composition du futur gouvernement congolais se dessine après l’accord politique signé entre le FCC de Joseph Kabila et CACH de Félix Tshisekedi. Et les nouveaux rapports de force tournent largement en faveur de l’ancien président Kabila.

Néhémie Mwilanya (FCC) signe l'accord de partage du pouvoir avec Jean-Marc Kabund (CACH) © Twitter - DR Néhémie Mwilanya (FCC) signe l'accord de partage du pouvoir avec Jean-Marc Kabund (CACH) © Twitter - DR

Qui tient la barre en République démocratique du Congo (RDC) ? Sans aucun doute le FCC de Joseph Kabila. Majoritaire à l’Assemblée nationale, bien qu’ayant cédé la présidence à l’opposant Félix Tshisekedi, la coalition de l’ancien président congolais se taille la part du lion dans le nouvel exécutif. Le président Tshisekedi et la plateforme de Joseph Kabila ont récemment signé un accord de partage du pouvoir en vue de la composition du nouveau gouvernement, toujours au point mort depuis l’élection présidentielle de décembre 2018. Dans cet accord entre le FCC de Kabila et CACH de Tshisekedi et Kamerhe, les partisans de l’ancien président se voient attribuer 42 postes ministériels, contre seulement 23 pour l’entourage de Félix Tshisekedi. Un ratio qui respecte les rapports de force au sein de l’Assemblée nationale, mais qui reste en défaveur du nouveau pouvoir congolais.

Les ministères stratégiques attribués au FCC

Vainqueur contesté à la dernière présidentielle, Félix Tshisekedi n'a pas eu d'autre choix que de composer avec la puissante plateforme de son prédécesseur. Cette cohabitation inédite entre les pouvoirs sortant et entrant, devrait pourtant largement tourner en faveur de l’ancien président Kabila. Ultra majoritaire à l’Assemblée, au Sénat et dans les Assemblées provinciales, le FCC devrait également piloter les ministères stratégiques dans le nouveau gouvernement du premier ministre Sylvestre Ilunga. Selon plusieurs indiscrétions, notamment relayées par RFI, la coalition pro-Kabila pourrait se voir attribuer les ministères des finances, des mines, de la justice, de la défense, du plan et du portefeuille. La plateforme présidentielle CACH devrait obtenir les ministères des affaires étrangères, de l’intérieur, mais aussi les hydrocarbures et les télécoms.

Finances, mines, justice, défense…

Le partage du gâteau penche largement du côté du FCC. En tenant, les cordons de la bourse, les minerais, principales ressources au budget de l’Etat, et l’armée, les pro-Kabila contrôlent l’essentiel des commandes du pays. Si on rajoute le ministère du portefeuille qui pilote les entreprises para-étatiques et le ministère de la justice qui permet de maintenir une chape de plomb sur la corruption et de garder un oeil sur les affaires judiciaires des opposants et de la Cour constitutionnelle, gardienne des rendez-vous électoraux… le pouvoir reste clairement dans la mains de Joseph Kabila et de sa plateforme. Dernier pré-carré réservé aux pro-Kabila : la défense. L’ancien chef de l’Etat avait de toute façon pris sein de réorganiser l’Etat-major de l’armée régulière juste avant de quitter la présidence.

Félix Tshisekedi sera-t-il encore audible à l’étranger ?

Félix Tshisekedi pourra-t-il encore peser sur les décisions politiques de la République démocratique du Congo ? Le nouveau président devrait continuer à pouvoir engager la parole de la RDC à l’étranger en conservant les affaires étrangères. Mais sera-t-il crédible et écouté sachant que c’est ensuite le gouvernement qui mettra en musique (ou non) les décisions présidentielles ? Avec le ministère de l’intérieur dans son escarcelle, Félix Tshisekedi pourra tout de même continuer à desserrer l’étau sécuritaire qui empoisonne la vie politique congolaise et les droits de l’homme. C’est sans doute sur ce point que se concentrent les principales avancées du  (...) Lire la suite sur Afrikarabia.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.