Suisse : Christoph Blocher en superbanquier ?

Non, ce n'est pas une blague. La question s'est réellement posée il y a quelques jours dans la presse suisse. C'est le SonntagsBlick qui, dimanche, livrait ce délicieux scoop,

Non, ce n'est pas une blague. La question s'est réellement posée il y a quelques jours dans la presse suisse. C'est le SonntagsBlick qui, dimanche, livrait ce délicieux scoop, affirmant que Christoph Blocher, le vice-président de l'Union Démocratique du Centre (UDC) - le grand parti nationaliste et populiste - avait été approché pour se glisser dans le fauteuil de Marcel Ospel, le patron démissionnaire de l'UBS.

Le tribun zurichois, éjecté du Conseil Fédéral (gouvernement) en décembre 2007 pour ses très mauvaises manières, aurait ainsi pris la tête de la plus grande banque suisse, gravement plombée par la crise des "subprime". Amusantes perspectives !

On sait aujourd'hui qu'il n'en est rien puisque le successeur de Marcel Ospel s'appelle Peter Kurer.

Christoph Blocher qui garde toute la confiance des milieux économiques et bancaires helvétiques - en témoigne la belle réussite de son entreprise familiale EMS Chemie - est à la recherche d'une occupation. Il a récemment expliqué qu'il ne se contenterait pas de son seul mandat à la vice-présidence de l'UDC.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.