Agathe Duparc
Journaliste à Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2008

L’OMS, le réchauffement climatique et le lobby du nucléaire

Agathe Duparc
Journaliste à Mediapart

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a aujourd’hui soixante ans. Et pour fêter la journée mondiale de la santé (JMS), l’agence onusienne a choisi de mettre en avant une préoccupation qui est dans l’air du temps : le changement climatique et ses conséquences sur la santé humaine.

Mais répondra-t-elle un jour à ceux qui dénoncent les liens un peu trop étroits qu’elle entretient avec le lobby du nucléaire ? Voilà presque un an qu’un collectif antinucléaire, co-dirigé par le "Réseau Sortir du nucléaire" et "Enfants de Tchernobyl Belarus" (et soutenu par une quarantaine d’ONG), mène une action à durée indéfinie, à quelques pas des bâtiments de l’OMS, à Genève.

Depuis le 26 avril 2007, qu’il pleuve ou qu’il vente, du lundi au vendredi, de 8 à 18 heures, deux ou trois volontaires, un panneau autour du cou, font le pied de grue à un croisement, pour que les conséquences sanitaires de Tchernobyl soient enfin reconnues à leur juste mesure . Ces « vigies » venues principalement de France et de Suisse – le 28 mars dernier une VIP, Danièle Mitterrand, y était - réclament l’amendement d’un accord signé en 1959 entre l’OMS et l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA).

Peu connu, ce texte stipule, entre autre, que «chaque fois que l’une des parties se propose d’entreprendre un programme ou une activité dans un domaine qui présente ou peut se présenter un intérêt majeur pour l’autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d’un commun accord » (art 1 § 3). L’accord fonctionne ainsi au profit de l’AIEA, promoteur du nucléaire commercial, raison pour laquelle « l’OMS néglige la santé des populations souffrant de radioactivité » estiment les protestataires.

Le bilan de la catastrophe de Tchernobyl, avancé en 2005 par l’AIEA fait état de 50 victimes et 4000 cancers de la thyroïde, un document co-signé par l’OMS. Les études et recherches indépendantes menées parmi les populations de la zone Tchernobyl, victimes de contaminations chroniques à faible dose de césium-137, ont ainsi été ignorées ou censurées. « Il est tabou de parler de faibles doses de radiation ionisante », explique Michel Fernex, le président des « Enfants de Tchernobyl Belarus » et professeur émérite de la Faculté de médecine de Bâle. En contact avec des chercheurs en Ukraine, en Russie et au Belarus - dont l’ancien recteur de l’Institut de médecine Gomel Iouri Bandajevsky emprisonné un temps pour avoir mené des études sur les enfants - il se bat contre le « négationnisme » et la rétention d’informations. A ce jour, l’OMS n’a pas publié les actes de deux conférences internationales – Genève (1995) et Kiev (2001) – qui avaient réuni des centaines de spécialistes dont les avis étaient partagés quant aux conséquences sanitaires de Tchernobyl. Le 24 mars 2007, ces arguments ont été résumés dans une lettre remise à Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS. Depuis, c’est le silence.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social