Agathe Duparc
Journaliste à Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2008

L’OMS, le réchauffement climatique et le lobby du nucléaire

Agathe Duparc
Journaliste à Mediapart

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a aujourd’hui soixante ans. Et pour fêter la journée mondiale de la santé (JMS), l’agence onusienne a choisi de mettre en avant une préoccupation qui est dans l’air du temps : le changement climatique et ses conséquences sur la santé humaine.

Mais répondra-t-elle un jour à ceux qui dénoncent les liens un peu trop étroits qu’elle entretient avec le lobby du nucléaire ? Voilà presque un an qu’un collectif antinucléaire, co-dirigé par le "Réseau Sortir du nucléaire" et "Enfants de Tchernobyl Belarus" (et soutenu par une quarantaine d’ONG), mène une action à durée indéfinie, à quelques pas des bâtiments de l’OMS, à Genève.

Depuis le 26 avril 2007, qu’il pleuve ou qu’il vente, du lundi au vendredi, de 8 à 18 heures, deux ou trois volontaires, un panneau autour du cou, font le pied de grue à un croisement, pour que les conséquences sanitaires de Tchernobyl soient enfin reconnues à leur juste mesure . Ces « vigies » venues principalement de France et de Suisse – le 28 mars dernier une VIP, Danièle Mitterrand, y était - réclament l’amendement d’un accord signé en 1959 entre l’OMS et l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA).

Peu connu, ce texte stipule, entre autre, que «chaque fois que l’une des parties se propose d’entreprendre un programme ou une activité dans un domaine qui présente ou peut se présenter un intérêt majeur pour l’autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d’un commun accord » (art 1 § 3). L’accord fonctionne ainsi au profit de l’AIEA, promoteur du nucléaire commercial, raison pour laquelle « l’OMS néglige la santé des populations souffrant de radioactivité » estiment les protestataires.

Le bilan de la catastrophe de Tchernobyl, avancé en 2005 par l’AIEA fait état de 50 victimes et 4000 cancers de la thyroïde, un document co-signé par l’OMS. Les études et recherches indépendantes menées parmi les populations de la zone Tchernobyl, victimes de contaminations chroniques à faible dose de césium-137, ont ainsi été ignorées ou censurées. « Il est tabou de parler de faibles doses de radiation ionisante », explique Michel Fernex, le président des « Enfants de Tchernobyl Belarus » et professeur émérite de la Faculté de médecine de Bâle. En contact avec des chercheurs en Ukraine, en Russie et au Belarus - dont l’ancien recteur de l’Institut de médecine Gomel Iouri Bandajevsky emprisonné un temps pour avoir mené des études sur les enfants - il se bat contre le « négationnisme » et la rétention d’informations. A ce jour, l’OMS n’a pas publié les actes de deux conférences internationales – Genève (1995) et Kiev (2001) – qui avaient réuni des centaines de spécialistes dont les avis étaient partagés quant aux conséquences sanitaires de Tchernobyl. Le 24 mars 2007, ces arguments ont été résumés dans une lettre remise à Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS. Depuis, c’est le silence.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO