Agathe Duparc
Journaliste à Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2008

Agathe Duparc
Journaliste à Mediapart

L’OMS, le réchauffement climatique et le lobby du nucléaire

Agathe Duparc
Journaliste à Mediapart

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a aujourd’hui soixante ans. Et pour fêter la journée mondiale de la santé (JMS), l’agence onusienne a choisi de mettre en avant une préoccupation qui est dans l’air du temps : le changement climatique et ses conséquences sur la santé humaine.

Mais répondra-t-elle un jour à ceux qui dénoncent les liens un peu trop étroits qu’elle entretient avec le lobby du nucléaire ? Voilà presque un an qu’un collectif antinucléaire, co-dirigé par le "Réseau Sortir du nucléaire" et "Enfants de Tchernobyl Belarus" (et soutenu par une quarantaine d’ONG), mène une action à durée indéfinie, à quelques pas des bâtiments de l’OMS, à Genève.

Depuis le 26 avril 2007, qu’il pleuve ou qu’il vente, du lundi au vendredi, de 8 à 18 heures, deux ou trois volontaires, un panneau autour du cou, font le pied de grue à un croisement, pour que les conséquences sanitaires de Tchernobyl soient enfin reconnues à leur juste mesure . Ces « vigies » venues principalement de France et de Suisse – le 28 mars dernier une VIP, Danièle Mitterrand, y était - réclament l’amendement d’un accord signé en 1959 entre l’OMS et l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA).

Peu connu, ce texte stipule, entre autre, que «chaque fois que l’une des parties se propose d’entreprendre un programme ou une activité dans un domaine qui présente ou peut se présenter un intérêt majeur pour l’autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d’un commun accord » (art 1 § 3). L’accord fonctionne ainsi au profit de l’AIEA, promoteur du nucléaire commercial, raison pour laquelle « l’OMS néglige la santé des populations souffrant de radioactivité » estiment les protestataires.

Le bilan de la catastrophe de Tchernobyl, avancé en 2005 par l’AIEA fait état de 50 victimes et 4000 cancers de la thyroïde, un document co-signé par l’OMS. Les études et recherches indépendantes menées parmi les populations de la zone Tchernobyl, victimes de contaminations chroniques à faible dose de césium-137, ont ainsi été ignorées ou censurées. « Il est tabou de parler de faibles doses de radiation ionisante », explique Michel Fernex, le président des « Enfants de Tchernobyl Belarus » et professeur émérite de la Faculté de médecine de Bâle. En contact avec des chercheurs en Ukraine, en Russie et au Belarus - dont l’ancien recteur de l’Institut de médecine Gomel Iouri Bandajevsky emprisonné un temps pour avoir mené des études sur les enfants - il se bat contre le « négationnisme » et la rétention d’informations. A ce jour, l’OMS n’a pas publié les actes de deux conférences internationales – Genève (1995) et Kiev (2001) – qui avaient réuni des centaines de spécialistes dont les avis étaient partagés quant aux conséquences sanitaires de Tchernobyl. Le 24 mars 2007, ces arguments ont été résumés dans une lettre remise à Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS. Depuis, c’est le silence.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier