Agathe Duparc
Journaliste à Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2008

Conseil des droits de l’homme : on achève bien les diplomates

"Nous sommes totalement épuisés et finalement nous n’arrivons à rien faire sérieusement. C’est un planning de folie. Jeudi prochain, il y a une session spéciale sur le droit à l’alimentation, puis la session plénière redémarre début juin." Confidence d’un diplomate occidental venant de sortir du Palais des Nations, à Genève, lundi 19 mai, vers 18 heures.

Agathe Duparc
Journaliste à Mediapart

"Nous sommes totalement épuisés et finalement nous n’arrivons à rien faire sérieusement. C’est un planning de folie. Jeudi prochain, il y a une session spéciale sur le droit à l’alimentation, puis la session plénière redémarre début juin." Confidence d’un diplomate occidental venant de sortir du Palais des Nations, à Genève, lundi 19 mai, vers 18 heures.

Les supporteurs du Conseil des droits de l’homme n’avaient pas forcément prévu que le nouvel organe "permanent" onusien – en remplacement de la "vieille" Commission des droits de l’homme qui chaque année au mois de mars faisait son happening – se heurterait à un obstacle aussi terre à terre : la fatigue des êtres humains.

Reprenons. Le Conseil des droits de l’homme (CDH), composé de 47 Etats élus par roulement, a commencé ses travaux en juin 2006 dans la joie et l’allégresse. Mais après presque deux ans d’existence, on frôle le "burn out". Le CDH, ce sont déjà sept sessions ordinaires d’en moyenne quinze jours, six sessions extraordinaires convoquées sur différents thèmes, des réunions et des séances, des séances et des réunions.

Surtout, depuis début avril, ce sont trente deux pays qui ont été examinés durant l’examen périodique universel (EPU), le mécanisme phare du CDH qui est censé passer au crible, tous les quatre ans, les manquements en matière de droits de l’homme des 192 Etats membres de l’ONU.

Ne parlons pas du contenu de tout cela. Imaginons juste les piles de documents que les ambassadeurs et surtout leurs « sous-fifres » - hommage aux conseillers anonymes ! - doivent en principe avaler, digérer et recracher sous une forme ou une autre. Rien que pour l’EPU dont la seconde session vient de s’achever, ce sont d’abord trois rapports qu’il faut lire: l’un officiel concocté par l’Etat examiné et deux compilations, l’une du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, l’autre faite à partir des remarques des ONG. Durant l’Examen lui-même, une séance de trois heures est organisée sous les néons, comprenant un « dialogue interactif ». Les Etats qui le souhaitent posent des questions.

Heureusement, une délégation du pays arrive en renfort pour y participer. Puis, en l’espace de trois jours, un rapport intermédiaire résumant le tout doit être pondu par une troïka d’ambassadeurs tirée au sort. Ce document - contenant des « recommandations » à l’Etat concerné - devra ensuite être adopté en session plénière de juin. Et début décembre, c’est reparti pour un tour : seize nouveaux pays passeront sur le gril. C’est l’Onu me direz-vous ? Oui c’est l’Onu « des très petits pas et des grandes fatigues » répond un habitué du bar du Serpent, le haut lieu du Palais des Nations.

A Genève, on n’avait jamais autant trimé. Liste des pays déjà soumis à l’EPU

1ère session (7 au 18 avril 2008) : Bahreïn, Equateur, Tunisie, Maroc, Indonésie, Finlande, Royaume Uni, Inde, Brésil, Philippines, Algérie, Pologne, Pays-Bas, Afrique du sud, République Tchèque, Argentine

2ème session (5 au 19 mai 2008) : Gabon, Ghana, Pérou, Guatemala, Bénin, Corée du sud, Suisse, Pakistan, Zambie, Japon, Ukraine, Sri Lanka, France, Tonga, Roumanie, Mali

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon