Yeslam Ben Laden lance la montre "Aviator"

Il faisait beau ce matin à Genève. Place de la Fusterie, des journalistes et spécialistes de l’horlogerie se pressaient autour de la nouvelle montre lancée par Yeslam «Bin Ladin» et baptisée «The Aviator ».

Yeslam_Bin_Laden_0.jpg

Il faisait beau ce matin à Genève. Place de la Fusterie, des journalistes et spécialistes de l’horlogerie se pressaient autour de la nouvelle montre lancée par Yeslam «Bin Ladin» et baptisée «The Aviator ».

Cette pièce est destinée aux pilotes d’avions qui par malchance verraient leur tableau de bord tomber en panne et voudraient consulter la « True Air Speed » (TSA : vitesse réelle de vol). Tout cela est désormais possible.Au sous-sol de sa boutique, entre sacs Yeslam etparfums Yeslam, le demi-frère d’Oussama Ben Laden, serrait des mains, affable comme à son habitude.

 

Fini le temps des ennuis avec la justice française qui avait ouvert une enquête sur ses sociétés, et finalement prononcé un non-lieu. Le citoyen genevois et multimillionnaire saoudien s’est reconverti dans le luxe. Et même le reste de la famille s’intéresse à l’horlogerie. Dans sa dernière édition, le journal suisse Bilan révèle que le Saudi Binladen Group construit actuellement une horloge de 43 mètres de diamètre qui trônera au sommet d’une tour de près de 600 mètres à La Mecque, probablement en 2009.

 

Fabriquée en Allemagne, la méga pendule pourra être vue à 10 kilomètres à la ronde. Mais ce qu’on ne sait pas, c’est que « la chose », ou du moins sa maquette, est passée en novembre dernier par Genève. Alors en villégiature au bord du lac, le roi Abdallah, a tenu à la voir. Hélas, même le modèle réduit n’entrait pas dans la luxueuse suite blindée mise à disposition du souverain d’Arabie saoudite, à l’hôtel Président-Wilson. Il a fallu occuper l’un des salons du palace. Quelques journalistes saoudiens ont pu filmer et photographier l’œuvre. A la seule condition que les images ne soient pour le moment montrées à personne.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.