Héritage

Aussi répugnante que me soit l'idée de l'esclavage, pour moi qui suis née dans la deuxième moitié du vingtième siècle, ce n'est qu'une idée. Une idée répugnante et lointaine, qui n'a rien à voir avec mon expérience du monde.

Mais je me demande : s'il faut aujourd'hui réparer les dommages financiers de l'esclavage d'hier, qu'en sera-t-il des spoliations subies par les femmes tout au long de l'histoire de l'humanité ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.