Sachant que les deux ou trois années en prépa constituent déjà des études très coûteuses pour les familles, parce que le succès y est incompatible avec les petits boulots à l'année, contrairement aux cursus équivalents en université ainsi qu'aux années d'Ecole qui suivent (que l'école en question soit payante ou non),

sachant qu'il est de plus en plus vrai que les enfants d'origine plus ou moins modeste  (culturellement et / ou financièrement) y sont effectivement de moins en moins présents, malgré tous les beaux discours sur l'ouverture de ces classes (elles servent de plus en plus de garderie aux enfants indécis de parents inquiets),

sachant que les bourses étudiantes sont absolument insuffisantes, en quantité comme en nombre,

sachant que bien des parents qui en ont les amples moyens sont déjà à même de pallier les insuffisances intellectuelles et éducatives de leurs rejetons en leur payant les livres etc. et une école privée ou bien encore toutes les années de fac nécessaires pour acquérir un diplôme quelconque,

faciliter l'accès aux classes prépas tout en en augmentant le coût financier pour l'étudiant et ses parents, n'est-ce pas s'assurer que les moins doués des enfants de la bourgeoisie bénéficieront des meilleures conditions d'enseignement possibles, aux frais de la république ?

N'est-ce pas, surtout, s'assurer que plus aucun enfant d'ouvrier, de paysan ou de petit employé ne pourra développer ses éventuels goût et capacités pour des études classiques?

L'élitisme strictement intellectuel des classes préparatoires et la gratuité de cette filière d'excellence, c'était une belle exception française, c'était l'honneur de l'Ecole de la République.

Bon appétit Messieurs...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.