Gis...quart d’heure d’été s’en est allé

Ecoutant des ingénieurs nés comme lui avant la guerre, Giscard d’Estaing croyait qu'on pouvait encore faire des économies en avançant l’heure légale du pays. C’est ainsi qu’angoissé par la crise pétrolière, il avança par décret l’heure de la France, six mois par an, à partir de mars 1976.

Ecoutant des ingénieurs nés comme lui avant la guerre, VGE croyait qu’on pouvait faire des économies en avançant l’heure légale d'une heure par rapport aux trente années précédentes. C’est ainsi qu’angoissé par la crise pétrolière, il avança par décret l’heure de la France, six mois par an, à partir de mars 1976. Il suivait Francisco Franco d’un an. Le Caudillo, habitué à se mettre à table aux heures espagnoles, avait déjà goûté des deux heures d’avance sur son méridien de référence pendant la guerre civile, pour synchroniser son armée avec les avions partis d’Italie ou d’Allemagne. Ce n’est pas par hasard que les Français avaient appelé l’heure avancée de 1916 « l’heure de guerre ». D'autres surnoms bien entendu: l'heure d'Hitler pendant l'occupation, l'heure de Franco (à Bayonne ou à Perpignan) en 1975.

Il y a un siècle, l’éclairage aux lampes à filament de carbone gaspillait de l’électricité, donc le charbon brûlé pour la produire. Les forces armées avaient besoin d’énergie et il fallait les servir en priorité, ce qui fut fait chez nous, non sans d’âpres discussions, et après les autres belligérants. Malgré les promesses de l’abandonner, formulées pour le faire accepter, le système heure d’été a continué entre les deux guerres mondiales, pour redresser l’économie a-t-on dit. Seule l’Allemagne l’a abandonné, car c’était une épreuve supplémentaire pour sa population. Mais Hitler, en 1935, y a eu recours pour obtenir un meilleur rendement des travailleurs, les obligeant à se lever une heure plus tôt à la belle saison. Vous connaissez la suite… Pour une bonne communication avec ses soldats, Hitler a imposé l’heure de Berlin à la Belgique et à la France occupée, et les Alliés ont suivi en partie. A Londres, les états majors étaient à l’heure de Berlin. Après la victoire, malgré la promesse faite cette fois encore, de Gaulle, au lieu de reprendre l’heure de Londres au moins en période « hiver » a choisi de mettre la France à l’heure de Berlin en permanence. Huit français sur dix ont eu bien du mal à la supporter, mais ils se sont résignés pour le salut de la nation. Déjà, on disait que le monde appartenait à ceux qui se lèvent tôt. C’est apparu à certains comme une concrétisation de la victoire. Pourquoi ce choix ? De Gaulle croyait sans doute encore aux économies globales causées par l’heure avancée, alors que dès cette époque il était difficile de les prouver. Ou alors pour une meilleure synchronisation avec nos régiments d’occupation en Allemagne? Toujours est-il que la France s’est retrouvée en « heure d’été permanente » pour trente ans. On l’a même changée de fuseau horaire, de sorte que son heure « normale » ne l’était plus et qu’elle s’est retrouvée dans la ZONE DE TEMPS de l’Europe centrale (zone n'est pas fuseau...mais en anglais on dit "Time Zone pour les deux). Quand Valéry Giscard d’Estaing a décidé d’ajouter une heure, celle qu’on a appelé « d’été », s’est-il rendu compte que son pays avait déjà de l’avance sur l’heure normale ? On peut se le demander. Le résultat a été l’effet « dominos ». Le Benelux a suivi en 1977…en partie à cause des protestations des frontaliers…et l’Allemagne en 1986 seulement.

Vous voyez que le système heure d’été est un régime de guerre…et souvent aussi de dictateurs.

En 1949 la Chine entière, qui couvre quatre fuseaux, a été mise à l'heure de Pékin par Mao Tsé Tung.

Si la France arrête de changer d'heure pour rester toute l’année à UTC+2, notre actuelle heure d’été, elle sera proche de la situation du Xinjiang et des Ouigours.

Les peuples se plaignent des changements d’heure sans toujours se rendre compte que le fait d’avancer l’heure tout le temps est nocif lui aussi car il est en désaccord avec notre horloge interne.

Depuis 48 heures, je n’ai vu aucun média dire merci à Monsieur Giscard d’Estaing pour l’heure d’été, dont il a gratifié la France il y a 44 ans. C’est probablement parce que tous les pays de l’Union européenne veulent arrêter le changement d’heure….et ne savent pas comment s’y prendre. Un peu de raison serait la bienvenue.

Dans tous les pays, des chronobiologistes et des associations militent pour la suppression de l’heure d’été et le retour à une heure fixe conforme à la situation géographique. Récemment, aux USA, l’Académie de Médecine du Sommeil a pris officiellement position   https://aasm.org/american-academy-of-sleep-medicine-calls-for-elimination-of-daylight-saving-time/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.