Conseil de l'Ordre des Médecins français et déontologie.

IMG_3266.JPG

Oh ce matin, que la mer était belle et bonne !

 

Bonjour mes ami-es et Compagnie.

Si vous suivez ce blog, vous connaissez l'histoire de Charles et de son vieux papa Alexandre.

Premier sauvetage d'Alexandre par Charles le 22 mai 2017, alors qu'Alexandre était massacré dans l'Ehpad E.

https://blogs.mediapart.fr/agnes-gouinguenet/blog/030617/nazisme-ordinaire-en-france-et-en-2017

Alexandre reprend du poil de la bête chez son fils Charles, et commence à s'ennuyer.

Tous les deux décident d'un petit séjour d'Alexandre dans l'Ehpad A, qu'Alexandre a connu et apprécié, séjour prévu pour janvier 2018.

Tout est mis en place. Visite chez le pneumologue qui donne son feu vert, d'autant que le cardiologue avait examiné Alexandre en septembre 2017, et le trouvait en excellente forme clinique sur ce plan. La biologie confirmait d'ailleurs qu'il n'y avait aucune insuffisance cardiaque. ECG nickel.

Deuxième sauvetage d'Alexandre par Charles le 20 janvier 2018, alors qu'Alexandre était massacré dans l'Ehpad A (racheté récemment par une autre structure financière, avec changement de directeur).

https://blogs.mediapart.fr/agnes-gouinguenet/blog/280118/nouvel-ehpad-meurtrier

Charles a porté plainte les deux fois, contre les deux médecins qui s'occupaient d'Alexandre dans l'Ehpad E, et contre X quand Alexandre était dans l'Ehpad A. 

 Sur le plan de la Justice locale, cela vaut son pesant de cacahuètes. Mais chaque chose en son temps.

On a conseillé à Charles un nouveau médecin traitant, dont on lui a dit grand bien. Alexandre a donc un nouveau médecin traitant dès le mois d'août 2017.

Le problème, c'est que ce nouveau médecin traitant a fait en décembre 2017, et ce, pour "favoriser" le petit séjour d'Alexandre en janvier 2018 dans l'Ehpad A, une ordonnance en effectuant exactement la même faute de prescription que le premier médecin traitant, à savoir des inhalations inefficaces chez l'asthmatique très âgé. On ne traite pas un très vieil homme comme un jeune sportif ...

 

IMG_3272.JPG

 

Charles est allé voir sur Internet comment il fallait utiliser  le Sérétide en question. Quand il a vu les conditions pour que ce soit efficace, il a compris qu'il ne fallait surtout pas se servir de cette ordonnance, car son très vieux papa serait incapable de faire ce qu'il faut, même avec de l'aide.

http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/affichageDoc.php?specid=61073237&typedoc=N 

Donc l'ordonnance (à renouveler !) du nouveau médecin traitant signait l'arrêt du traitement efficace de l'asthme d'Alexandre, et donc son arrêt de mort.

Heureusement, Charles est allé voir très vite le pneumologue, qui a prescrit les seuls aérosols efficaces pour Alexandre, que d'ailleurs les généralistes n'ont pas le droit de prescrire (ils ne sont pas pneumologues, la preuve ...).

Mais bon, cela n'est pas vraiment rassurant.

Pendant ce temps, la première plainte (P1) suivait son cours tranquillement. Après classement sans suite par le procureur, Charles s'est porté partie civile.

Puis arrive la catastrophe de janvier 2018 en l'Ehpad A, et Charles porte plainte une deuxième fois (P2). Nouveau classement sans suite du procureur, et nouvelle plainte de Charles avec constitution de partie civile.

Concernant P1, Charles est auditionné par un juge d'instruction. Lequel lui dit que le Conseil de l'Ordre des Médecins "aurait" considéré qu'il n'y avait pas de faute professionnelle.

Charles savait que son deuxième médecin traitant était membre du Conseil de l'Ordre des Médecins français.

Il va le voir pour avoir des explications. Le médecin accepte de lui faire un certificat :

IMG_3280.JPG

 

Mais voilà, en faisant du rangement dans ses dossiers, Charles retrouve une lettre de ce nouveau médecin traitant, qui écrit et signe en sa qualité de membre du Conseil de l'Ordre alors qu'il est le médecin traitant, répondant à une lettre qu'avait envoyée Charles sans illusion, pour relater les faits de la catastrophe dans l'Ehpad A. Charles n'avait d'ailleurs pas répondu.

 

IMG_3275.JPG

 

 "On" dit même que ce médecin a pris du galon au Conseil de l'Ordre des Médecins français.

Outre avoir rédigé une ordonnance ultra-dangereuse pour son patient, ce médecin membre du Conseil de l'Ordre des Médecins français, n'aurait jamais du se mêler d'une affaire concernant l'un de ses propres patients. Il aurait du déléguer.

Il me semble que cela s'appelle la déontologie.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

J'ai conseillé à Charles et Alexandre de bien prendre soin d'eux, avec leurs spécialistes, car cela fait vraiment peur, en France et en 2018.

A bientôt car ...

A SUIVRE ...

IMG_3269.JPG

Bien jolies rencontres matinales ... 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.