JM SIFFRE
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 févr. 2020

Plaidoyer pour un lieu d'accueil des femmes victimes de violence et de discrimination

Face à l'absence totale d'un lieu d'accueil des femmes victimes de violence et de discrimination sur les communes de Noisiel, Torcy, Champs-sur-Marne, Lognes, Croissy-Beaubourg, Emerainville, un collectif de quatre associations Interpelle les candidats aux élections municipales à travers un plaidoyer.

JM SIFFRE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et la lutte contre les violences faites aux femmes ont été déclarées grandes causes nationales par le Président de la République.

Une enquête réalisée par le GHEF (grand hôpital de l’est parisien) auprès de femmes montre que 11,5 % des femmes suivies pour une grossesse étaient victimes de violences et que 47% subissaient des violences multiples, physiques, psychologiques, sexuelles, économiques. 2 femmes sont tuées par leur conjoint, en moyenne par an dans notre département. 1 500 victimes de violences conjugales ont été recensées par la préfecture en 2019. Une augmentation de près de 7 % de viols déclarés a été constatée entre 2016 et 2019.

Outre les violences commises chaque jour à l’encontre des femmes, ces dernières sont toujours victimes de discriminations et d’inégalités au quotidien, et en premier lieu, au travail où les écarts de salaire constatés atteignent encore 25 % aujourd’hui et où les temps partiels sont majoritairement occupés par des femmes.

Dans son discours d’ouverture au Grenelle des violences conjugales du 77, Madame la Préfète de Seine et Marne a déclaré le 3 septembre 2019 que pour répondre à ces enjeux, « cela supposait une prise en charge immédiate et coordonnée impliquant une structuration accrue du réseau d’acteurs sur cette thématique ».

La réalité en Seine et Marne est toute autre.

Nous avons eu à déplorer la fermeture du CIDFF 77 en 2017, qui, malgré la résistance des acteurs associatifs locaux, n’a pas été soutenu par les pouvoirs publics. Sa fermeture est directement liée à une diminution des subventions publiques. Aujourd’hui, une partie de ses missions est assurée ponctuellement par le CIDFF 91, ce qui ne répond pas aux besoins réels du département.

En outre, nous apprenions en septembre, par la presse, que des menaces pesaient actuellement sur le foyer d’Olympe à MELUN qui constitue un centre d’accueil pour les femmes victimes de violences.

Sur notre territoire, la réalité est encore plus terrible : - il n’y a pas de lieu dédié pour la prise en charge des femmes victimes de violence (sexuelles, physiques, psychologiques…) - pour le Val Maubuée, 6 heures de permanence par mois sont consacrées aux permanences en droit de la famille et 3 heures pour celles en droit du travail

Les discours doivent aujourd’hui laisser la place à l’action.

A l’approche des élections municipales, nous attendons des candidat.e.s des engagements forts en faveur de l’égalité professionnelle et la lutte contre les violences faites aux femmes et en premier lieu des moyens. Conformément au discours de Madame la Préfète qui avait proposé de travailler sur les deux thématiques suivantes : - La prise en charge et l’accompagnement des femmes victimes, notamment leur repérage, le dépôt de leurs plaintes, leur protection et leur hébergement, - L’organisation et le renforcement de réseaux locaux, communaux comme intercommunaux, afin que les femmes puissent être prises en charge dans les meilleures conditions.

Les associations Turbulences Marne la Vallée, Djamma Djigui, Droit de Cité (r) des femmes et Emergences Marne la Vallée soutenues par La fédération de Seine-et-Marne de La ligue des Droits de l’Homme (LDH), par Amnesty Marne la Vallée, par l’Association Ville-Hôpital (l’AVIH)

réclament :

La création d’un lieu d’accueil, d’appui, de conseil et d’écoute permanent, animé par des professionnels sur le territoire du Val Maubuée.

La création d’un dépliant informatif sur la prise en charge des femmes, disponible dans les lieux publics ou associatifs.

La création d’un espace spécifique sur les sites internet des mairies de notre territoire qui permette un accès en un clic "femmes victimes de violences" avec toutes les adresses d'aides de proximité.

Une campagne d'affichage et une rubrique régulière sur ce sujet dans les journaux municipaux.

La mise en place d’un observatoire local des violences faites aux femmes avec les professionnels et les associations de femmes, les citoyens et citoyennes : espace de débats, de propositions et d'évaluation des structures d'aides existantes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener