Du «Feel the Bern» au Président Sanders?

A la veille du Caucus de l’Iowa, il flotte un air de « déjà vu » pour Hillary Clinton, talonnée dans les sondages par Bernie Sanders. Treize raisons pour lesquelles Bernie Sanders pourrait bien l’emporter.

img-4278-1 img-4278-1
A la veille du Caucus de l’Iowa, il flotte un air de « déjà vu » pour Hillary Clinton, talonnée dans les sondages par Bernie Sanders. Treize raisons pour lesquelles Bernie Sanders pourrait bien l’emporter.

Parce qu’en dépit d’un temps d’antenne accordé à Donald Trump 30 fois supérieur à celui de Bernie Sanders, le sénateur « socialiste » du Vermont battrait le milliardaire égocentrique avec une marge plus grande que celle d’Hillary Clinton.

Parce que les deux tiers des électeurs démocrates et une majorité de citoyens soutiennent un système public de sécurité sociale pour tous.

Parce que les syndicats et les organisations civiles qui s'engagent pour un candidat démocrate, ont choisi massivement Bernie Sanders, quand ils ont soumis leur choix au vote de leurs adhérents et pas seulement à leur conseil d’administration.

Parce que le sacrifice de la santé des enfants noirs de Flint, empoisonnés au plomb par de l’eau contaminée au nom de coupes budgétaires et au profit de calculs politiciens, fait plus de victimes que les terroristes islamistes aux Etats-Unis.

Parce que le parti Républicain en est réduit à ne servir les intérêts que d’une poignée de marchands d’armes, de compagnies pétrolières et de milliardaires comme les frères Koch, et qu’il n’a rien trouvé de mieux que Donald Trump et Sarah Palin, deux stars de reality show, pour divertir les foules en insultant des millions de citoyennes et de citoyens noirs et latinos.

Parce que des millions d’Américains, victimes de sécheresse ou assis sur une fuite de gaz de schiste, prennent le réchauffement climatique suffisamment au sérieux pour ne pas se satisfaire des revirements d’Hillary sur le fracking et le pipeline Keystone et de ses promesses de panneaux solaires.

Parce que celles qui aspirent à élire une femme à la Maison Blanche voteraient des deux mains pour Elisabeth Warren plutôt que pour Hillary Clinton, même si les emails de Bill et de Chelsea nous répètent à longueur de journée à quel point Hillary « is the best ».

Parce qu’augmenter le salaire minimum, garantir un congé maternité, développer l’accès gratuit à la maternelle et à l’université, c’est tout de même plus féministe, pour les millions de travailleuses pauvres abonnées aux food stamps, que de briser le plafond de verre, en ayant, comme Hillary, siègé au conseil administratif de Wallmart et en donnant des conférences pour Goldman Sachs à 600 000 dollars.

Parce que, malgré tous les coups tordus d’une campagne, c’est assez paradoxal de penser que ceux qui ont voté Obama en 2008 reporteront leurs voix sur Hillary en 2016.

Parce que Bernie Sanders fait le pari de l’intelligence, de l’intégrité et de la démocratie pour combattre l’accaparement des pouvoirs et des richesses par la spéculation boursière et les 1% les plus riches.

Parce que parmi les supporters de Bernie on trouve des Milleniums accompagnés de leurs grand-mères, des chômeurs quadras comme Bob, qui ne se sont jamais déplacés pour voter, des vétérans d’Irak comme Melissa, des juristes sans papiers comme Cesar; des instit’ de la middle class comme Antonella, qui vivent moins bien que leurs parents immigrés de première génération, et qui tous retrouvent la fierté et le courage de se mobiliser et de croire que The People United Will Never Be Defeated.

img-4277 img-4277

Parce que les gens s’obstinent d’abord à voter pour ce qu’ils veulent vraiment, au risque de ne pas l’avoir, plutôt que de voter pour ce qu’ils ne veulent pas, avec la certitude de l’obtenir.

Parce que la candidature de Bernie Sanders convoque à la fois les valeurs de Teddy et Franklin Roosevelt, de Martin Luther King et de la contre-culture américaine des années 60, et que ce sont celles-ci qui ont toujours fait l’Amérique Great again.

A voir, l'émouvant plaidoyer de Susan Sarandon pour Bernie Sanders, lors d'un récent meeting dans l'Iowa.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.