Agnès MARRE
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2015

Incompréhension ou aveuglement?

Agnès MARRE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelques jours, une de mes collègues porte à ma connaissance la réponse que Monsieur URVOAS, Député Finistèrien, a fait à son courrier concernant les risques de la loi de Monsieur MACRON.

Je vous transcrit littéralement sa réponse:

Madame,

Il y a quelques semaines, vous avez souhaité me faire part de vos préoccupations quant à l'impact du projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques sur l'emploi salarié dans les offices de notaires.

J'ai souhaité attendre que les débats se déroulent à l'Assemblée avant de vous répondre. Tel est maintenant le cas et vous savez que la discussion se tient actuellement en séance publique au Sénat.

Ma conviction profonde est que cette réforme, loin de nuire aux salariés des offices, devrait au contraire leur apporter des opportunités nouvelles.

Leur intérêt fondamental me semble être un développement de l'offre d'emploi, que garantit en substance le projet de loi en consentant un assouplissement des conditions d'installation des officiers publics et/ou ministériels.

Rappelons que la situation actuelle, totalement bloquée, ne favorise guère, loin s'en faut, l'instauration d'une politique ambitieuse de recrutement dans les offices. Leur nombre diminue inexorablement - 600 de moins aujourd'hui qu'en 1980 - alors que, depuis lors, la population française a augmenté de 10 millions d'habitants et les transactions immobilières de 150 %. Ce processus traduit un phénomène de concentration dont les salariés des offices sont les principales victimes. Au contraire, la liberté - encadrée -

d'implantation va dynamiser le marché de l'emploi dans ce secteur, aujourd'hui bridé par des pratiques malthusiennes d'un autre âge qui, en dernier ressort, ne profitent qu'aux quelque 10 000 notaires plénipotentiaires solidement installés.

C'est en définitive le statu quo qui desservirait les intérêts des salariés, dont nous souhaitons, par cette réforme, augmenter le nombre.

Doit également y contribuer l'instauration à titre temporaire, dans le projet de loi, de la règle du « un pour quatre ». Comme vous le savez, en l'état actuel du droit, la proportion de notaires, huissiers, commissaires-priseurs, greffiers salariés, au sein de chaque étude ou greffe, est fonction du nombre de titulaires de l'office. Alors que pour les autres professions réglementées, la règle qui s'applique est celle du « un pour un », elle est passée à « deux pour un » pour les notaires depuis le 1.* mars 2014.

Le texte initial du Gouvernement supprimait toutes les restrictions relatives au recours au salariat pour l'ensemble de ces professions. La commission spéciale a cependant préféré les maintenir mais en les allégeant par l'instauration d'une règle du « un pour quatre » commune à ces métiers. En séance publique, ensuite, il a été prévu un retour à la règle actuelle du « deux notaires salariés pour un notaire titulaire » à partir du 1cr janvier 2020. La règle permettant à un notaire titulaire de disposer de quatre salariés dans son office est donc uniquement conjoncturelle, visant à compenser la suppression du statut de clerc assermenté.

Enfin, cette réforme se donne également pour objectif d'encourager la mobilité et l'ascension sociales des salariés des offices. A cette fin, elle offre la possibilité aux clercs habilités de devenir notaires via la validation des acquis de l'expérience. Une mesure qui s'avère d'autant plus opportune que la majorité d'entre eux sont des notaires diplômés.

En toute conscience, le texte actuellement examiné au Parlement me semble donc contenir plusieurs avancées tangibles pour les personnels des offices, dont l'organisation actuelle de la profession ne favorise guère les légitimes aspirations. Je n'ai pour autant pas la prétention de prétendre que le travail réalisé par l'Assemblée nationale ne peut être amélioré. La suite de la discussion parlementaire devrait permettre de revoir les points qui, le cas échéant, méritent de l'être.

Espérant que ces quelques éléments d'information vous seront utiles, je vous prie de croire, Madam: a l'expression de ma parfaite considération."

Comment peut on nous dire que cette loi va nous apporter des opportunités nouvelles, créer de l'emploi?

Tous les employés de notaires ne sont pas Notaires....loin de là, il faut de tout pour faire fonctionner un office notarial. Ce n'est pas faute de l'avoir expliquer par tous les moyens en notre possession, courriers au Président de la République, à Monsieur VALLS, à Monsieur MACRON, aux Députès, aux Sénateurs....pour si peu d'écoute, de réponses!

Un jeune notaire qui s'installe ne pourra certainement pas se permettre d'embaucher des salariés immédiatement, où alors dans quelles conditions!!!!

"Cette loi a pour objectif d'encourager la mobilité...." mais de quel droit voulez vous absolument que nous quittions nos régions, avons nous les moyens de cette mobilité? allons nous laisser famille et enfants derrière nous?

Nous sommes épouvantés par un tel "autisme"/'"aveuglement".

Mais nous avons pris note de cette nouvelle réponse et que cette loi ne doit pas "nuire aux salariés des offices"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica