Agnès MARRE
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2015

Il était une fois, mon métier

Agnès MARRE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

CLERC DE NOTAIRE: "dentellière" du droit.

« Vous vous levez ce matin de mauvaise humeur.

La discussion avec vos amis hier soir vous a un peu énervé. Leur avis sur le "NOTAIRE", vous a interpellé : votre dossier avance trop lentement, c'est vrai, et c'est décidé, ce matin, vous allez rendre visite à ce Notaire.

Lors de l'ouverture de votre dossier, il vous avait dit que cette affaire irait aussi vite que possible, et après une bonne poignée de mains, vous étiez reparti confiant.

A la réception de l'étude, la personne à l'accueil  vous informe avec un beau sourire que malheureusement le notaire ne peut pas vous recevoir, étant déjà en rendez-vous, et avec un agenda bien chargé aujourd'hui, mais si c'est urgent la personne en charge de votre dossier peut vous recevoir....

Pourquoi pas car ainsi vous ne serez pas venu pour rien, et il faut absolument que vous puissiez exprimer vos craintes, avoir des réponses.

 Vous espérez ne pas devoir attendre trop longtemps, et préférez ne pas vous assoir, montrant ainsi votre impatience et votre détermination.

Mais non, rapidement une personne vient à l'accueil vous demander de la suivre, se présente : "Bonjour Monsieur, je suis le clerc en charge de votre dossier, et je vous prie de bien vouloir me suivre."

Dans une salle, vous vous installez confortablement, le clerc s'assoit également devant vous et pose sur la table un gros dossier.

Gentiment, elle vous dit qu'elle est à votre écoute, et ouvre le dossier.

Là, surprise vous découvrez que ce gros dossier est le vôtre, et il vous semble bien épais, pour une si petite affaire.

Le clerc vous informe de toutes les démarches entreprises depuis l'ouverture de votre dossier : la collecte des pièces administratives demandées par ses soins et ceux de ses collègues, la lecture des pièces reçues afin de vérifier qu'il n'y a aucun problèmes (pièces d'état civil, vos extraits d'acte de naissance, de mariage, les documents d'urbanisme garantissant que votre bien n'est pas insalubre, en interdiction quelconque, dans un secteur protégé comme proche d'un monument historique, un alignement éventuel, l'état hypothécaire garantissant votre acquéreur que votre immeuble n'est pas saisi, qu'il n'existe aucune hypothèque en cours.....)

Mon dieu ! Tous ces documents pour ma petite affaire ! Vous êtes un peu étonné que cela soit si compliqué et commencez à comprendre pourquoi cela vous parait aussi long.

Elle vous rassure, dès que tous les documents nécessaires seront arrivés et vérifiés, elle rédigera votre acte, vous en adressera un projet ainsi qu'à votre acquéreur, avec un courrier explicatif et pour votre acquéreur le décompte financier de son opération. Vous n'aurez plus qu'à vous concerter entre vous, téléphoner à l'étude pour fixer un rendez-vous pour la signature de l'acte définitif. Vous pouvez entre temps l'appeler, elle vous tiendra informé de l'avancement de votre affaire, il n'y a pas de problème. »

Vous venez de rencontrer le clerc de notaire, cette dentellière du droit.

Notre rôle est important, de la constitution du dossier avec l'aide de tous nos collègues à la rédaction de l'acte authentique définitif en passant par la lecture des pièces reçues, et qu'il s'agisse de ventes, contrats de mariage, dossiers de succession, divorces, partages...

Nous nous occupons de toutes sortes de problèmes juridiques et répondons aux questions que vous, clients, vous vous posez : nous sommes à votre écoute, nous sommes à votre service.

Nous rédigeons avec rigueur, sous la responsabilité du notaire, les actes importants liés à votre vie de tous les jours.

Mon travail ne s'effectue pas uniquement derrière des écrans informatiques, je me dois d'être au courant de dernières lois votées, de la fiscalité en cours pour le règlement des taxes au trésor public, le calcul des plus-values immobilières, … : tout change très vite dans ce monde en perpétuel mouvement.

Je dois me tenir au courant et me former continuellement afin de vous assurer la sécurité juridique, que vous êtes en droit d'attendre de nous comme de votre notaire.

Je me dois d'être discrète, étant tenue au secret professionnel comme votre notaire, je vous écoute et tente de vous aider dans la mesure de mes capacités, je lui rends compte de notre entrevue ou de votre appel téléphonique.

Parfois, au cours d'un dossier particulier, vous n'aurez même pas l'impression que j'existe. Parce que le notaire vous a toujours reçu lors de vos passages à l'étude, où répondu lors de vos appels téléphoniques. Et pourtant je suis là, dans l'ombre.  Pour rédiger votre acte. Pour aider le notaire dans la tenue du dossier. Pour le suivre au quotidien. Car bien sûr le notaire n'a pas le temps de tout voir et tout faire et il est essentiel qu'il puisse se reposer sur des personnes de confiance, aimant leur métier et l'accomplissant avec sérieux.

Tous les dossiers que nous traitons sont différents, je ne connais pas la routine.

Car, chers clients, vous êtes tous uniques et particuliers, et je m'emploie avec la plus grande rigueur à répondre à vos attentes et rédiger vos actes, malgré la charge d'une trentaine de dossiers simultanément.

Cela génère bien sûr un certain stress, mais une grande satisfaction lorsque la signature se passe bien et que vous êtes satisfaits de mon travail.

Je ne suis pas notaire, mais je suis souvent considérée comme son "bras droit". Petite main du notariat, je brode avec passion et amour du métier selon le canevas établi par le notaire en accord avec le client : chez nous, il n'y a pas de prêt-à-porter.

C'est mon métier, et je l'aime.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Nucléaire
Hugo, lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille