De la Fracture sociale à la Fracture géographique .

Parce qu'il n'est pas sain , dans un Etat de droit , et même plus c'est éminemment dangereux pour une société démocratique , que l'expression de la représentation démocratique parlementaire ( pouvoir des chambres sur présentation des textes et des idées par des " experts") soit confisquée , de fait , par une oligarchie technocratique hyper spécialisée  ou sur influencée par pouvoir de pressions bien souvent financiers .

La fameuse démocratie " participative " devient   Par carence et souffrance , la seule issue , pour les citoyen(ne)s de faire entendre leurs voix ( parfois légitime , parfois non) .

Cette pseudo-démocratie ,qui est la démocratie " dite participative" , devient l'expression protéïforme de toutes les revendications communautaires et source de désorganisation , ou finalement c'est celui ou celle qui a la plus grande gueule qui se fait entendre ou impose sa voix.

Il ne faut vrai

Est pas se tromper , tant de cible que de causes (d'étiologies dirions nous dans mon métier : il en est plusieurs , sans doute .

Parmi ces causes on peut , entre autres isoler :

A mon sens la faible qualité de l'exécutif , les pressions lobbyistes ( hélas le lobbying est caché en France , on y gagnerait beaucoup , à mon sens , à ce qu'il soit ouvert ).

La défection des réelles vocations politiques aboutissant de fait à une oligarchie de tenants des pouvoirs, une dilution des exécutifs ( qui fait finalement quoi ? Qui oriente la pensée? ...) .

Par la multiplication d'officines publiques , ou pire déclarées d'utilité publiques renforçant ces groupes de pression (qui hypocritement nous disent travailler pour le bien commun : exemple l'IFRAP, mais ce n'en est qu'une parmi d'autres) .

Il me semble urgent de pouvoir ,réorganiser cette agonisante Vème République , redonnant légitimité , intelligence , capacité de savoir aller , parfois contre l'opinion dite publique ( la loi contre la peine de mort ne serait jamais passée par référendum) 

Il est urgent de pouvoir via la représentation législative , sans céder aux sirènes populistes , démagogiques vers lesquelles nous risquons de nous fourvoyer, que celle ci soit réellement représentative, dans la diversité de la population.

La vision unique tant mondialisée , dont on nous dit que de toute façon , il faudra faire avec , n'est pas une fatalité , loin de là. 

A nous ne nous battre pour préserver et améliorer le-dit " modèle français" , dans la cohérence de nos fondements tant patrimoniaux  que culturels .

A nous de laisser s'exprimer les différences , d'en faire aussi les éloges  , de percevoir ce que l'autre peut nous apprendre, sans pour autant le copier-coller ( benchmarking , mal épouvantable de nos technocrates  , la culture de la "Norme" en est une autre) .

Le Jacobinisme centralisateur se doit d'être certe respecté ,car , certes,il reste garant d'égalité sociale , de bonne répartition sur le territoire , et également facilitateur décisionnel parfois permettant une rapidité d'action). 

Mais il se doit également d'être profondément modifié : oui une personne sur trois en France vit dans la grande couronne parisienne, et une personne sur deux "vit "dans les grandes villes-vitrines , du XXI eme siècle ( en fait il ne vivent plus trop dans ces déserts officinaux , hormis quelques privilégiés ).

Mais la population du reste du territoire de la Nation ( sans laquelle il n'y aurait pas , de fait de territoire , de patrimoine une fois encore tant culturel qu'économique , et donc sans laquelle il n'y aurait pas Nation , pas Capitale , pas Paris) doit pouvoir retrouver ses capacités de force , de pouvoir , de création , et se faire réellement entendre comprendre et facilité par nos brillants élément technocratiques et oligarchico-politiques. 

La sous représentation des idées provinciales, la paupérisation rurale , le vieillissement , la concentration imbécile grégaire dans les cités et sur les bords du littoral, créé de fait , par manque de réflexion politique un décalage gravissime de valeurs, de pensés jamais pour le meilleur des deux mais toujours pour le pire des deux . 

Apres une certaine fracture sociale , nous avons un grave problème , à mon sens , de fracture géographique.

Louis-Arnaud Blois

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.