SATRAM-GABON Une blagueuse parente du Syndic véreux Délire

unnamed-34
 

  C’est avec indignation et dégout que j’avais lu la soi-disant enquête d’une dénommée Anne Marie DWORACZEK-BENDOME connue par tout le monde pour être « INDIC » de basse classe, vendant ses services à partir de la France à qui paye plus. Ce genre de mercenaire pullule partout et règle des comptes par personne interposée. Ironie du sort cette « enquêteuse » de bas étage manque et de rigueur et de la vision, elle a mélangé pèle mêle des affaires en cours d’instruction avec l’arrestation d’un syndic véreux à qui on reproche des magouilles datant de l’année 2012 dans le cadre de l’opération mains-propres (MAMBA).

La bloggeuse Bendome qui est en réalité une blagueuse et une mauvaise cherche en premier à nuire aux intérêts d’un groupe citoyen considéré comme le leader de son activité au Maroc et en Afrique la société Drapor (filiale de SATRAMMARINE). Cette société dans le cadre de la promotion de ses activités internationales a invité pratiquement tous les responsables Africains de son secteur à visiter ses installations et échanger leurs expériences parmi eux M Jean Pierre OYIBA. Ce dernier a payé lui-même ses frais pour information à cette idiote et a séjourné à l’Hôtel Four Seasons de Casablanca. Les emails publiés ne reflètent aucunement la réalité de ce séjour. C’est une grande manipulation, les hôtels peuvent le confirmer, là aussi il y a faux et usage de faux. Quand à M Gaston NDOUMBA il collabore avec SATRAMMARINE depuis déjà deux ans et les deux autres personnes qui l’accompagnaient Messieurs OKIKADI et MANGAMA étaient pris en charge par la société. Quelle complicité, quelle théorie du complot dans la tête d’une bloggeuse blagueuse en mal de publicité et qui après avoir « perdu » son pauvre mari elle a vendu son âme au diable pour l’argent…rien que l’argent tout le monde te connaît Anne-Marie, la roublardise pour vendre le « single » et se moquer de celui à qui tu l’as vendu. Pour les plus avertis et les moins imbéciles, si une société comme DRAPOR ou autre voulait corrompre un agent public ou un haut fonctionnaire, elle ne va pas l’afficher en public et lui organiser des visites sur ses sites et s’afficher avec lui. Pour OYIBA, le pauvre a payé son voyage, son hôtel ( Four Seasons) et la suite. CRAPOR n’a pas déboursé le moindre centime ni à lui ni à ses proches. Les factures que vous avez publiées sont publiques et à la disposition de tout le monde dont les Jakhoukh qui t’ont servi de lance missile pour défendre un syndic véreux comme eux et vous, tout ce qui s’assemble se ressemble.

 Pauvre journalisme « Jaune et à Fric » La petite « bloggeuse » blagueuse pleurait le sort des petits salariés qui n’ont pas perçu leur salaire depuis 12 mois et que M Edo Ruffin nommé syndic pour sauver la société des «  malversations »  de M Aziz a été victime de ce dernier pour être écarté et arrêté . Amalgame à l’appui, l’article du journal l’union daté du 2 et 3 Juin et une copie d’un jugement du tribunal de Rabat sur la forme de l’exéquatur au Maroc et qui ne touche aucunement la qualité de légataire universel de M Aziz dans l’attente d’un jugement en cours au tribunal de Paris. La mère Anne Marie excelle vraiment dans l’intox et les contre-vérités.

  • M Aziz n’est à la tête de SATRAM-EGCA que depuis une année, après la débâcle de l’ancienne direction sous la houlette des enfants Jakhoukh, donc ce Monsieur a hérité de cette situation catastrophique, dès son arrivée il a été combattu de tous les côtés alors que sous sa direction 3 mois de salaires ont été payés, également fournisseurs intérieurs et extérieurs, autres frais et impôts ont été partiellement honorés. En l’attente d’un plan de relance en ajustassions, c’est en ce moment-là que le tribunal de Port Gentil et dans une première mondiale a mis le groupe en redressement judiciaire, liquidant les organes sociaux (Conseil d’Administration, Direction Générale, Syndicat majoritaire…) et décrétant M Edo Ruffin seul et unique Administrateur. C’est l’état d’exception depuis le 21 février dernier, malgré les requêtes d’appel et d’opposition aucune audience n’est tenue sous prétexte que la justice Gabonaise est en grève (alors qu’elle ne l’est pas pour prendre d’avantage de mesures contre les dirigeants légitimes du groupe).

 

  • Les dirigeants de SATRAM-EGCA avaient fait appel aux pouvoirs publics au Gabon et au Maroc pour dénoncer une « justice expéditive » et qui violait toutes les lois en vigueur dont la nomination d’un syndic véreux et ancien concubin de la Présidente du Tribunal qui a rendu la décision. La requête en suspicion reste sans réponse et le syndic continu à agir dans un « territoire conquis » avec la complicité de certains délégués fantoches. Pour démontrer aux pouvoirs publics sa bonne volonté de mettre fin au fléau qui a duré cinq ans, le Conseil d’ Administration présidé par M AZIZ a signé avec le syndicat majoritaire un accord d’alliance et la présenté à la cour d’appel toujours en grève. En attente d’un dénouement de la situation la nouvelle de la 1ère interpellation du syndic en question M Edo Ruffin est tombée, c’est la confusion et personne ne comprenait la réalité de son interpellation ni de sa libération. Rebelote, quelques jours après, les services de sécurité l’interpellent de nouveau à Port Gentil et le transfert à Libreville pour interrogation, on apprend alors que M Edo Ruffin est soupçonné d’escroquerie en bande organisée dans le cadre de l’opération MAMBA. La mère sorcière Anne Marie une vraie détraquée met cette arrestation et cette affaire sur le dos du pauvre M Aziz qui est PCA de SATRAM-EGCA et non pas membre de l’opération sécuritaire MAMBA.

Lorsque le Conseil d’ Administration du Groupe SATRAM-EGCA a pris acte de l’arrestation du syndic dans le cadre de l’opération main-propres (MAMBA) il s’est réjoui car cela conforte ses soupçons sur la moralité de la personne contestée. Comme d’ailleurs si on apprend un jour que les services Français mettent la main sur Anne Marie DWORACZEK-BENDOME pour escroquerie, chantage, détournement, abus de biens sociaux, faux et usage de faux, toute l’ Afrique va se réjouir dont les organes de presse qui la considèrent comme « mercenaire » à la solde de celui qui paie le plus. Pour la petite histoire un cadre de SATRAM a rapporté à ses supérieurs que la Anne Marie l’avait approché pour vendre ses services.

A noter aussi que l’interpellation du syndic véreux Edo Ruffin coïncide avec la destitution de M Jean Pierre OYIBA et M Ali AKBAR et d’autres. Madame Anne Marie, je te conseille vivement de reconnaître à tes lecteurs perdus le lien entre toi, Edo Ruffin, Tarik Jakhoukh , son beau-frère  ami l’ex secrétaire général du gouvernement  ministre actuel Ali AKBAR et pourquoi ils t’ont demandé de t’ acharner sur leur ami Jean Pierre OYIBA qui n’a aucun rapport ni de près ni de loin avec le groupe SATRAMMARINE.

Laissons la justice suivre son cours et arrêtons de la massacrer avec des « plumes mercenaires » réquisitionnées pour bloquer sa démarche. Nous savons que vous êtes « réquisitionnée » et grassement payée par l’argent détourné de SATRAM pour sauver votre parent Edo Ruffin DUBERNARD.

Vous parlez de la corruption et ses méfaits sur la moralité et l’économie du Gabon alors que vous êtes en première ligne de celle qui la pratique à merveille sans scrupule, votre défunt époux vous a dénoncé à maintes reprises avant son décès, vous revoilà à l’œuvre pour soutenir la « cause perdue » de votre parent véreux pris dans les filets de la « MAMBA »…Ça pue dans la famille n’est-ce pas ? 

 

A SUIVRE…

Les documents joints :

ord

1ère Mondiale. Une ordonnance du tribunal de Port Gentil instituant le Syndic véreux Edo Ruffin DUBERNARD comme seul et unique maître du jeu (abolition des organes sociaux).

 

 

 

 

 

 

 

p1

 

 

 

 

p2
Procès-verbal de l’accord entre le Conseil d’ Administration et le Syndicat majoritaire, une alliance jusqu’au bout contre la volonté de liquider le groupe historique. Le syndicat n’est plus plaignant comme on voulait la présenter, la boucle est bouclée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.