Aisdpk Kanaky
L’Aisdpk – Association Information et Soutien aux Droits du Peuple Kanak – défend la liberté de ce peuple colonisé à s’autodéterminer
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2018

5 mai 1988. Trente ans déjà

2018 marque les trente ans du drame d'Ouvéa, au moment des deux tours des élections présidentielles de 1988. Alors que Gossanah organise une quinzaine de jours de commémoration, la venue de Macron provoque beaucoup de divisions au sein de la population et Gossanah, qui a subi la violence coloniale de front il y a trente ans, s'oppose à cette venue.

Aisdpk Kanaky
L’Aisdpk – Association Information et Soutien aux Droits du Peuple Kanak – défend la liberté de ce peuple colonisé à s’autodéterminer
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

5 mai 1988. Trente ans déjà © S. Graff

Quelques jours avant la commémoration de l'assassinat des dix-neuf Kanak à Ouvéa, la venue du Président de la République, Emmanuel Macron, divise la population de l'île. Le comité Vérité Justice est présent à Ouvéa pour les commémorations organisées pour le trentième anniversaire du drame d’Ouvéa.

Sur le programme si-dessus, il est écrit : « À l'aube du 5, le pays trembla, les éclairs s'allumaient, le tonnerre et la pluie… », signes annonciateurs du drame qui allait se produire.

Une commémoration reprenant le déroulé des événements est organisée du samedi 21 avril 2018 (veille de l'occupation de la gendarmerie en 1988) au 5 mai 2018 (assaut de la grotte en 1988) et se termine le 6 mai 2018 par un hommage à Buba Gonyi, oncle de Macki Wea décédé le 6 mai 1988.

Programme des commémorations organisées par Gossanah © S. Graff
Programme des commémorations organisées par Gossanah © S. Graff

Gossanah se mobilise donc de façon particulière pour le devoir de mémoire avec de nombreux témoignages, des projections de films et des expositions.

Ces journées ont commencé par les témoignages des participants à l'occupation de la gendarmerie sur la préparation de l'opération le 21 avril. Puis, le 22 avril, des gerbes ont été déposées à la gendarmerie de Fayaoué puis des témoignages sur le déroulé du 22 avril 1988 eurent lieu. Le 23 avril, jour de l'arrivée en 1988 du comité de lutte de Téouta à Gossanah, fut l'occasion de donner la parole aux témoins de l'époque. Et chaque journée permit ainsi de témoigner sur les événements au jour le jour de 1988:

  • 24 avril, irruption de l'armée française
  • 25 avril, période de torture
  • 26 avril, découverte de la grotte
  • 27 avril, interpellation GIGN à la grotte
  • 28 avril, début des négociations
  • 29 avril, retrait de l'armée française
  • 30 avril, premier ravitaillement de thé à la grotte
  • 1er mai, journée de l'EPK (école populaire kanak) et du comité de lutte
  • 2-3 mai, négociations
  • 4 mai, veille de l'assaut (avec dépôt de gerbes pour Djubelli, Jean-Marie Tjibaou, Yeiwéné Yeiwéné et Buba Gogny)
  • 5 mai, assaut de la grotte 
Gossanah et la commémoration © S. Graff

Dans ce contexte très chargé en émotions, la venue annoncée du Président de la République est vue comme un manque de respect, voire une provocation par certains.

Manifestation contre la venue de Macron à Ouvéa © S.Graff

Le comité de Gossanah a manifesté contre la contre la venue de Macron hier devant la gendarmerie d’Ouvéa et devant le mémorial des dix-neuf à Wadrilla.

Momument aux dix-neuf à Wadrilla © S. Graff
Slogan pour l'indépendance sur le bitume devant le monument aux dix-neuf à Wadrilla © S. Graff

Le Comité de Gossanah est en effet contre la venue de Macron qui « s’invite à Ouvéa sans prendre en considération le peuple kanak, les coutumiers, comme s’il est en terrain conquis, comme s’il est en France » précise un membre du comité. Il ne faut pas oublier que c’est un président, à l’époque François Mitterrand, qui a donné l’ordre de l’assaut de la grotte. Aussi, « en tant que président, c’est une insulte de venir se mettre debout sur la tombe des dix-neuf sans qu’il y ait eu justice et une demande de pardon » nous dit-il.

Banderolle de protestation à l'entrée de Gossanah © S. Graff

Nous, AISDPK, sommes solidaires de ces journées de commémorations et nous participons à l'organisation à Paris d'un rassemblement vendredi 4 mai à 18 h devant l'ancien musée des Colonies devenu Cité nationale de l'Histoire de l'Immigration à la Porte de Dorée, en mémoire des victimes de l'ordre colonial.

À cette occasion, nous rebaptiserons symboliquement le rue de la Nouvelle-Calédonie toute proche. Nous espérons vous voir nombreux à nos côtés.

Rue de la Nouvelle-Calédonie rebaptisée © © B. Alleton
Rue de la Nouvelle-Calédonie rebaptisée © © B. Alleton

 Merci de nous avoir lu et à suivre sous peu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS