5 mai 2018 : Trente ans après le massacre d'Ouvéa

Emmanuel Macron veut se rendre à Ouvéa pour les trente ans du massacre d'Ouvéa. Geste déplacé ou provocation ?

Le 5 mai 1988, dix-neuf Kanak ont été tués par les forces spéciales de l’armée française – qui ont perdu de leur côté deux militaires – lors de l’assaut de la grotte de Gossanah à Ouvéa, dont certains d’une balle dans la tête après le combat.

Noms des 19 Kanak assassinés à Gossanah sur le monument aux morts de Wadrilla (Ouvéa) © I. Leblic Noms des 19 Kanak assassinés à Gossanah sur le monument aux morts de Wadrilla (Ouvéa) © I. Leblic

Précédant l’assaut de la grotte par les forces spéciales, le 22 avril 1988, un commando indépendantiste avait envahi la gendarmerie d’Ouvéa, la confusion qui s’ensuivit provoqua la mort de quatre gendarmes et la prise en otages de vingt-sept autres par les militants kanak.

Malgré les demandes de négociations faites par les Kanak d’Ouvéa, aucune solution ne fut trouvée pour éviter cet assaut.

Un collectif des habitants de la tribu de Gossanah entretient depuis trente ans le souvenir de cette tragédie qui sera commémoré le 5 mai 2018. Les anticolonialistes en France procéderont également à plusieurs commémorations autour de cette date anniversaire, nous y reviendrons dans un prochain billet.

Stèle aux dix-neuf Kanak tués le 5 mai 1988 © I. Leblic Stèle aux dix-neuf Kanak tués le 5 mai 1988 © I. Leblic

Dans une démarche de réconciliation et de transmission, ce collectif d’Ouvéa participera le 22 avril au dépôt de gerbes en souvenir des gendarmes et militaires morts à Ouvéa.

À quelques mois du référendum d’autodétermination, le président de la République, Emmanuel Macron, annonce qu’il fera une visite en Nouvelle-Calédonie. On indique qu’il prévoit un passage à Ouvéa le 5 mai prochain, voire même qu’il se rendrait dans la grotte ! Un collectif d’habitants d’Ouvéa en Nouvelle-Calédonie a protesté contre cette venue d’Emmanuel Macron, trente ans jour pour jour après l’assaut de la grotte de Gossanah, qui avait fait vingt-et-un morts dont dix-neuf indépendantistes kanak. Pour ce collectif, comme sans doute pour toute la communauté kanak, il s’agit d’un geste déplacé sinon d’une provocation.

Solidaire des Kanak, l’AISDPK s’associe à cette protestation et ne comprend pas comment l’Élysée a pu choisir précisément cette date mémorielle. Elle demande que les autorités françaises mesurent la gravité de cet acte et que cette visite du président français à Ouvéa soit annulée ou reportée.

Les seules conditions qui permettraient à ce déplacement du président de la République à Ouvéa de ne pas être perçu comme une provocation par le peuple kanak et leurs soutiens seraient : 

- Qu'il y annonce une reconnaissance des exécutions commises par les militaires français, après l’assaut sur le site de la grotte puis, lors des transferts de prisonniers, blessés ou non ; ainsi que des exactions commises par les militaires contre les populations lors de la recherche des otages (tortures à Gossanah), puis lors du traitement des prisonniers.

- Et, qu'en conséquence, il s'engage sur l'ouverture des archives sous protocole concernant la période, permettant ainsi la possibilité d'une recherche de la vérité et d'une véritable justice.

Ces revendications sont anticolonialistes, elles rappellent les violences d'État validées, couvertes par la direction bicéphale de l'exécutif de l'époque.

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.