Aisdpk Kanaky
L’Aisdpk – Association Information et Soutien aux Droits du Peuple Kanak – défend la liberté de ce peuple colonisé à s’autodéterminer
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2022

Aisdpk Kanaky
L’Aisdpk – Association Information et Soutien aux Droits du Peuple Kanak – défend la liberté de ce peuple colonisé à s’autodéterminer
Abonné·e de Mediapart

Louis Kotra Uregei nous a quitté

Un camarade et ami de plus qui ne verra pas l'indépendance de son pays.

Aisdpk Kanaky
L’Aisdpk – Association Information et Soutien aux Droits du Peuple Kanak – défend la liberté de ce peuple colonisé à s’autodéterminer
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre ami et camarade Louis Kotra Uregei nous a quitté hier, jeudi 20 octobre à Paris, où il bataillait depuis plus d’un an avec la maladie. Il avait 71 ans. C’est une personnalité exceptionnelle et un combattant infatigable pour l’émancipation de son peuple de la tutelle coloniale que nous perdons. Il  nous quitte à l’âge de 71 ans, nous laissant orphelin d’un compagnonage et d’une amitié de plus de 40 ans. Les adhérentes et adhérents de l’AISDPK transmettent leurs plus sincères condoléances à sa famille, aux clans et aux coutumiers de son île de Tiga auquel il était particulèrement attaché et à ses camarades de combats de l’USTKE et du Parti travailliste.
Loulou a commencé sa carrière en tant que postier où il sera militant de la fédération des fonctionnaire de l’OPT. Avant cela, dans le tumulte de l’après 68, il participe avec d’autres jeunes du pays à l’émergence des Foulards rouges aux côtés de Nidoish Naisseline et de Déwé Gorodé. Au début des années 1980, il co-fonde le Syndicat des Travailleurs Kanak et des Exploités (STKE), qui deviendra en 1982, l’USTKE.  Il est de ceux qui co-fonde le FLNKS en 1984 et sera aux avant-postes de la mobilisation du peuple kanak durant les quatre années (1984-1988) que les médias locaux continu d’appeler pudiquement « Les Événements ». De 2009 à 2019, il siège au Congrès du térritoire avant de démissionner de tous ses mandats électifs : de membre de l’assemblée de la province des Îles Loyauté, du Congrès, mais aussi du conseil municipal de Lifou. Ces dernières années, il s’était inversti aux cotés des clans de Sarraméa dans le combat pour le retour de la tête du grand chef Ataï et de son Dao.
Loulou était d’une trés grande érudition et d’une générosité sans limite. Il aimait la vie et le bon vin. Il était un fédérateur et ne ménageait pas son temps pour transmettre la mémoire du combat kanak et ses idées. Il rejoint aujourd’hui les ancêtres et nous le savons toujours, de là où il est, à nos côtés comme hier et pour toujours.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte